Un hôtel psychédélique

Oeuvre d'art totale, peuplée de princesses, fantômes et autres super-héros, "Seven Days Hotel" de Fabien Verschaere est la plus psychédélique des cinq nouvelles expos du Musée d'art contemporain de Lyon. L'artiste transforme un étage entier du MAC en hôtel de sept chambres oscillant entre cauchemar et conte de fées.

Dès le premier pas, on est happés dans l'univers de Fabien Verschaere. Enveloppé par la pop-rock psyché de Liquid Architecture, qui signe la bande-son, le visiteur est étourdi par les couleurs criardes, les néons clignotants, la télé hypnotique, les murs tapissés de fantômes ou les diablotins en céramique qui meublent cet étrange hall d'hôtel.Â

L'artiste de 32 ans, considéré comme "l'une des figures majeures de la scène artistique actuelle" selon Thierry Raspail, directeur du Musée d'art contemporain de Lyon (MAC), a transformé un étage entier du MAC en hôtel-autel de 7 chambres - autant que de jours de la création - tenues par un diabolique concierge. L'effet est saisissant ! On est plongé dans une histoire minutieusement scénographiée et scénarisée. Fabien Verschaere a imaginé un conte de fées avec une morale très morale (consigné dans un livre enluminé exposé à la sortie de "l'hôtel") qu'il décline plastiquement dans une remarquable diversité de matériaux et de techniques. "C'est un univers total", souligne Thierry Prat, commissaire de l'exposition, qui évoque un artiste complet, maniant "la vidéo, la BD, la céramique, le théâtre, le cinéma, la lumière, les couleurs". "Fait rare aujourd'hui, il est un merveilleux aquarelliste" poursuit-il.Â

La première chambre, qui accueille un enfant sur son lit d'hôpital - ressemblant trait pour trait à l'artiste -, est un rappel autobiographique à l'enfance de Fabien Verschaere, marquée par la maladie. Frappé par une "impossibilité", l'artiste explique avoir "multiplié les possibilités dans son expression : utopies, fantasmes, contes de fées" pour "se transcender et créer des mythologies". Chacune des sept pièces compose un univers original, oscillant entre désir et souffrance, innocence et perdition. L'ambiance est poétique (avec 150 fées en céramique suspendues au plafond), angoissante (avec une profusion d'os dotés de montres) ou parodique (avec une scène de jugement dernier très "power flower"). Jusqu'à la pièce finale de crucifixion d'un clown... Une virée à l'hôtel ludique, diabolique et jouissive !

> Seven Day Hotel de Fabien Verschaere, du 16 février au 29 avril, de 12h à 19h. Au Musée d'art contemporain de Lyon. 81 quai Charles de Gaulle, Lyon 6e. 04 72 69 17 17.Â

www.moca-lyon.org

Regardez l'expo en vidéo :Â

http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=04&article=154

à lire également
Enquêtes gastronomiques – Ce mois-ci, Guillaume Long continue d’enquêter dans les arrondissements excentrés de Lyon et s’aperçoit qu’il est connu même “au fin fond du 7e”. Ce qui ne fait pas les affaires de son boss...
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut