IMG_4314
©Mathilde Régis

L’histoire d’un monde sans monnaie dédicacée à la Croix-Rousse

Ce samedi entre 14h30 et 19h, Marc Chinal, Mathieu Bertrand et Marie Avril donnaient coups de crayon et explications sur un nouvel opus, Joanne Lebster – Le début d’un nouveau monde, à la librairie La BD, grande rue de la Croix-Rousse.

Matthieu Bertrand, Marie Avril et Marc Chinal en dédicace à la libraire la BD de la Croix-Rousse

©Mathilde Régis
Matthieu Bertrand, Marie Avril et Marc Chinal en dédicace à la libraire la BD de la Croix-Rousse

Mathieu Bertrand et Marie Avril sont concentrés. Une dédicace, en BD, ça se travaille, surtout quand il s'agit de réaliser et de coloriser à l'aquarelle un dessin sur une pleine page. À leurs côtés, Marc Chinal, le scénariste de la bande dessinée Joanne Lebster – Le début d'un nouveau monde, explique aux personnes autour de lui ses différents projets. Au fond de la librairie La BD, grande rue de la Croix-Rousse, les clients viennent jeter un œil sur cette performance en direct, à savoir le coup de crayon de Mathieu Bertrand suivi de la colorisation à l'aquarelle de Marie Avril.

“Pas de troc ni de monnaie, mais une société de l’accès”

Marc Chinal, qui milite en faveur d'une société sans monnaie, explique sa bande dessinée : "Ce n'est pas une BD pim, pam, poum. Il faut prendre le temps de rentrer dedans, et c'est une BD qui fait partie de celles sur lesquelles on peut revenir. C'est comme une photo du monde alternatif. Et, comme dans ce dernier, on commence par parler, puis on bouge après."

Dans ce "nouveau monde" décrit dans la bande dessinée, pas de troc, pas d'échanges, ni de monnaie, mais un monde futuriste basé sur une civilisation de l'accès, un peu comme dans le milieu du logiciel libre, où chacun apporte selon ses compétences. "Beaucoup, par flemme intellectuelle, disent qu'imaginer un monde sans monnaie, c'est comme retourner dans les grottes. En fait, c'est plus un bond vers le futur qu'un saut dans le passé", explique Marc Chinal.

“Le but, c’est aussi que les gens s’emparent de cette question”

Pour Mathieu Bertrand, le dessinateur, ce projet qui a pris trois ans l'a inspiré par son sujet, mais aussi parce qu'une large partie de l'histoire se déroule dans la nature. "Ce retour à la campagne, à la nature, ça me parle pas mal. Et puis les dessins sont fouillés, il y a beaucoup de références, comme très souvent dans la BD. J'ai proposé à Marie Avril de travailler sur les couleurs, avec des tons aquarellés. Ce qui m'a aussi plu dans ce projet, c'est le rapport aux personnages. Et puis, un monde sans argent, quand on fait un métier où l'on n'en gagne pas beaucoup, c'est plutôt parlant", confie-t-il.

"En fait, c'est un livre éminemment politique, au sens noble", illustre un client qui se trouve à côté. Pour Marc Chinal, cela semble assez évident : "Le but, c'est aussi que les gens s'emparent de cette question."

Joanne Lebster ()
à lire également
France. Pour 2020, le ministère de la Culture en appelle à une mobilisation générale et mise sur une mobilisation progressive tout au long d’une “année de la BD” qui ne sera officiellement close qu’en janvier 2021, au 48e festival d’Angoulême.
11 commentaires
  1. Jean Jaurès - 29 octobre 2016

    Objection: Il y a 25 ans, j'écrivais pour le PS une contribution ('République et Ecologie') qui mettait en avant l'idée que c'était la vérité des prix qui parviendrait à assurer la transition écologique... (en rétablissant le coût réel des marchandises qui par définition, lors de leur déplacement - flux lourd- consomment de l'énergie essentiellement fossile). Je viens de terminer 'la grande évasion' de Angus Deaton, prix Nobel d'économie 2015 qui dit la même chose (désolé pour l'immodestie du propos): 'Le danger est grand quand certaines ressources n'ont pas de prix, de sorte que malgré leur valeur, elles peuvent être utilisées sans frais. En l'absence de prix, il n'y a pas d'incitation à économiser ces biens. L'exemple le plus important est...

  2. Jean Jaurès - 29 octobre 2016

    ... le réchauffement climatique qui constitue l'une des pires menaces...' (page 284). Une société post-monétaire contrecarrerait donc cette nécessaire transition écologique... La monnaie ne doit pas être une fin mais elle reste un outil utile.Ceci dit, cette équipe me parait plutôt sympathique et je ne voudrais pas l'accabler...

  3. Abolition_de_la_monnaie - 30 octobre 2016

    @ JJ : Au contraire, ce qui rend la transition écologique impossible dans un système monétaire, c'est son coût. Pourquoi tous les logements n'ont pas encore de double vitrage ? Pourquoi nous ne sommes pas aux normes passives ? Pourquoi le lobby nucléaire continue de nous imposer ses risques ? Pourquoi notre société est prisonnière de ce que rapportent les taxes pétrolières ?Vous reprenez : « En l'absence de prix, il n'y a pas d'incitation à économiser ces biens. » C'est au contraire parce qu'il y a un gain (monétaire) à faire, que les ressources sont pillées : un « prix supérieur » n'empêche pas le pillage des bois d'Afrique, ça change juste « la catégorie de clients ». Si vous voulez faire un débat filmé et diffusé, on est à votre disposition. http://www.voter-a-m.fr

  4. Robes Pierre - 31 octobre 2016

    un monde sans monnaie ?? la planète contre quelques illuminés, qu'ils rejoignent la grande troupe qui combat pour une méilleure répartition des richesses, à trop vouloir la perfection on n'avance pas, ça permet bien sur à quelques uns de se faire une notoriété, on les retrouve principalement chez nos écolos candidats aux diverses fonctions , député, député européen, présidentiel etc, vivant largement des indemnités.

  5. Abolition_de_la_monnaie - 31 octobre 2016

    @RobesPierre : à trop s'acharner à vouloir 'une meilleure répartition' tout en gardant l'outil monnaie, et bien... ça fait des millénaires qu'on n'avance pas, qu'on s'entretue, et que les ressources sont de plus en plus massacrées. Donc vous pouvez vous moquer de l'idée d'une civilisation sans monnaie ni troc ni échange, mais... comme vous n'avez que pire à proposer... (la prochaine fois, essayez d'argumenter un peu).

  6. Robes Pierre - 31 octobre 2016

    qu'on l'appelle monnaie, troc, le monde à toujours utilisé des valeurs pour échanger , travail contre argent, argent contre nourriture, logement , soins etc, ni toi ni moi ne verrons l'utopie qu'est la disparition de la monnaie, pour preuve nos décideurs poussent à l'abandon de la monnaie fiduciaire au profit des échanges par valeurs bancaires démonétisés CB principalement , une manière de mieux nous contrôler, le croisement de ces échanges avec ceux de nos cartes de soins permet de vérifier que le citoyen lambda rentre bien dans le moule , d'où restriction à l'embauche d'individus à risques consommateurs de produits gras, d'alcool, tabac. Fichage en application déjà au niveau bancaire si vous retirez des espèces dans un distributeur installé dans un Casino vous devenez client à risque

  7. Abolition_de_la_monnaie - 1 novembre 2016

    @RobesPierre : Vous dites.......'ni toi ni moi ne verrons l'utopie qu'est la disparition de la monnaie'....Sur quoi vous vous basez pour dire ça ?Les banques font disparaître 'l'échange', 'le troc', (pour des raisons de rentabilité car l'utilisation de billets leur fait perdre de l'argent) et le remplacent par 'une appartenance'. Et bien sans le savoir, elles habituent les humains à la disparition de la monnaie et du principe d'échange. (elles ne le font pas parce qu'elles sont post-monétaires évidemment, mais comme dit, parce qu'elles recherchent la rentabilité maximum) Donc votre argument se retourne contre votre conclusion. :o)

  8. Robes Pierre - 1 novembre 2016

    si les banques nous incitent à utiliser leur moyen fétiche, , celui qu'ils ont la malhonnêteté de nous facturer, de nous facturer également si l'on retire des espèces chez le conçurent, ce n'est pas pour faciliter les échanges sans monnaie, plus de transport de fond , de centres de distribution sévèrement gardienné, etc mais surtout client captif que l'on taxe à loisir, qui n'a jamais son mot à dire, dépense souvent plus qu'il ne possède, alors qu'avec billets et pièces en poche , quand il y en a plus , y en à plus.Les bourses sont le type même de la disparition de la monnaie un bel exemple d'exploitation de la misère, leurs devises 'dites nous ce qui vous manque on vous expliquera comment vous en passer.'

  9. Abolition_de_la_monnaie - 1 novembre 2016

    @RobesPierre :Les banques ne sont que des commerçants, ils facturent tout ce qu'ils peuvent facturer. Mais vous avez vite oublié le paramètre de 'rentabilité' obligatoire qu'impose le système monétaire quel qu'il soit, pour focaliser sur 'les méchantes banques et les méchantes bourses'.Je vous laisse comprendre ce qui se passerait si ces gens dont vous vous plaignez, n'avaient plus d'esclaves (comms vous) de l'outil monnaie à leur disposition... Ils ne seraient plus rien, et ceci, sans avoir à faire couler le moindre sang de guillotine, cher Robes Pierre. :o)

  10. Robes Pierre - 2 novembre 2016

    esclave comme moi , parce que tu te sens au dessus de la mêlée, j'oubliai tu produis une prose qui te dédouanes du commun , une théorie fumeuse sans avenir mais qui te permets de t'imaginer plus important que tu n'est, Comme les anti tout jamais le début du commencement d'une solution. cette discussion se termine ici comme disait un certain j’évite de discuter avec les ... ça les instruit

  11. Abolition_de_la_monnaie - 2 novembre 2016

    @ RobesPierre : '.....Théories fumeuses....'On attends votre démonstration comme quoi l'approche post-monétaire est 'fumeuse'. Vous employez des insultes parce que vous n'avez pas de contre argumentaire ?'...........esclave comme moi , parce que tu te sens au dessus de la mêlée.............'Monsieur, 'esclave du système monétaire', j'en suis aussi. Et ce n'est pas parce que j'ai dit 'vous' que c'était exclusif.'............j’évite de discuter avec les ... ça les instruit...........'Comme expliqué ci dessus, je ne me place pas au dessus des autres, par contre vous... Apparemment oui. :o) Mais de la part de 'Robes Pierre', comment s'en étonner ? ;o)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut