Villeurbanne © Antoine Merlet

Villeurbanne : justice sociale, défi climatique, transition démocratique, les axes forts de la mairie pour les 5 ans à venir

Entouré de plusieurs adjoints, le maire de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, a présenté mercredi 1er juillet un plan de mandat de 340M d'euros pour Villeurbanne jusqu'en 2026. Avec la justice sociale, le défi climatique et la transition démocratique au centre des enjeux.

"On n'a pas l'intention de sauver le monde mais celui de mener localement des batailles concrètes". Maire depuis juillet 2020 de la 19e commune la plus peuplée de France (150 000 habitants), le socialiste Cédric Van Styvendael entend axer son mandat, jusqu'en 2026, autour de trois axes :

  • la justice sociale et la lutte contre les inégalités
  • le défi climatique
  • la transition démocratique

Le plan de mandat de 340M d'euros sera présenté au conseil municipal le 5 juillet, un conseil municipal délocalisé aux Brosses.


La création d'une maison de l'égalité


"Dans notre manière de faire, on veut jouer collectif, insiste le maire de Villeurbanne : l'ambition claire que nous avions, dès la campagne (de 2020), ça été de faire en sorte que les Villeurbannaises et les Villeurbannais reviennent dans le débat public, reprennent part au début public. Ce n'est pas toujours simple à se mobiliser pour le climat quand on peine à joindre les deux bouts, ce n'est pas toujours simple de se remobiliser dans la vie démocratique quand on est déjà concentré sur les difficultés de sa vie quotidienne". Dimanche dernier, lors du 2e tour des régionales, seul un électeur inscrit sur les listes électorales sur 4 a voté à Villeurbanne. "On a le taux d'abstention qu'on mérite par la médiocrité du débat politique", regrette le maire, dénonçant "une responsabilité collective de la part des élus, qui de mon point de vue ne sont pas à la hauteur du débat démocratique qu'on doit proposer, ils ne sont pas à la hauteur des enjeux de sociétés" (lire plus longuement l'avis du maire de Villeurbanne sur l'abstention ici).

Lire aussi : Le coup de gueule du maire de Villeurbanne : "on a le taux d'abstention qu'on mérite par la médiocrité du débat politique"

La mairie de Villeurbanne veut "redonner confiance aux citoyens dans la politique", dixit l'adjoint à la transition démocratique et aux finances, Jonathan Bocquet. Une assemblée citoyenne va notamment être instaurée. Composée de 80 personnes, son lancement est prévu en octobre. Elle sera composée de citoyens volontaires et de citoyens tirés au sort. Son but ? Animer le débat public, donner la parole, recueillir des avis, co-construire et co-décider.


Défi climatique ? "On veut embarquer les habitants avec nous"

Agnès Thouvenot, première adjointe à la transition écologique


Concernant la lutte contre les discriminations, Agathe Fort, adjointe à la ville inclusive, a insisté sur l'ouverture et la création d'une maison de l'égalité. "Un lieu de prévention, de formation", articulé autour notamment des axes du handicap, du genre ou de l'accueil des migrants. Mais "l'objectif de la municipalité est d'avancer sur tous les fronts", souligne l'adjointe, avancer sur une vingtaine d'axes différents de discrimination.

Villeurbanne souhaite aussi faire du défi climatique l'une de ses priorités. Si ce n'est sa priorité. "On veut embarquer les habitants avec nous. Cela nécessite des changements de pratique", explique Agnès Thouvenot, première adjointe à la transition écologique, à l'urbanisme, à l'habitat et à la vie durable. En s'appuyant sur trois principes pour accompagner la transition écologique et l'amélioration du cadre de vie : le bien-être, la sobriété et la résilience.


Vers une piétonisation du cœur des Gratte-Ciel


Concrètement ? La mairie va notamment proposer un service pour accompagner les particuliers et les copropriétés dans leurs travaux de rénovation énergétique. Villeurbanne compte aussi lutter contre les îlots de chaleur, végétaliser, amener de la nature dans une ville pour l'instant très bétonnée, avec notamment la création de 5 grands parcs de plus de 1 hectare. Et aussi étendre clairement la piétonisation dans la ville, notamment aux Gratte-Ciel, à l'intérieur d'un grand carré  (rue du 4 août 1789 au sud, rue Francis-de-Pressensé au nord, rue Racine à l'ouest, rue Docteur Rollet à l'est. Pauline Schlosser, adjointe aux déplacements et aux mobilités, avait longuement parlé de la future piétonisation de Villeurbanne à Lyon Capitale. Un entretien complet à retrouver ici.

Enfin, le budget le plus important est consacré à l'éducation, l'un des marqueurs historiques de Villeurbanne. Avec un budget de 100M d'euros pour la réhabilitation, la rénovation et la construction de nouveaux groupes scolaires. L'adjointe à l'Education, Sonia Tron, insiste notamment sur le développement des parcours d'éducation artistique et culturelle pour tous, mais aussi à l'environnement.

Le maire de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael avait longuement, pour Lyon Capitale, évoqué au mois de février les projets et les défis de demain de la 19e commune de France. Nous vous invitons à retrouver son interview  complète ici.

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : tout ce qu’il faut savoir sur les nombreux projets à Villeurbanne

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut