Villeurbanne © Antoine Merlet

Métropole de Lyon : tout ce qu'il faut savoir sur la future piétonisation de Villeurbanne

Les défis de 2021 et de demain sont nombreux pour Villeurbanne, la grande voisine de Lyon, de plus en plus attractive. Villeurbanne a passé la barre des 150 000 habitants. Qu'en est-il de la volonté de piétonisation de la ville ? Eléments de réponses avec Pauline Schlosser, adjointe aux mobilités, déplacements et stationnement à la mairie de Villeurbanne.

Début février, LyonCapitale.fr vous proposait un grand entretien avec le maire de Villeurbanne, la 19e commune la plus peuplée de France, sur les projets à venir de la grande voisine de Lyon. Cédric Van Styvendael décryptait pour LyonCapitale.fr les défis de demain pour Villeurbanne. Un long entretien à retrouver ici.

Avec l'arrivée prévue pour 2025 de deux nouveaux tramways sur la ville (le T6 nord et le T9), le visage de la ville va radicalement changer. Villeurbanne va-t-elle en profiter pour accélérer sa piétonisation. Eléments de réponse avec Pauline Schlosser, adjointe aux mobilités, déplacements et stationnement à la mairie de Villeurbanne.

Lyon Capitale : L'équipe municipale souhaite-elle piétonniser davantage Villeurbanne ?

PAULINE SCHLOSSER. La piétonisation, c'est un levier très important pour apaiser la ville. Le souhait de la municipalité, c'est de rééquilibrer l'espace public, de redonner plus de place aux piétons. Sur ces certains endroits, ça passe par de la piétonisation, sur d'autres par une réorganisation des usages. On ne peut pas forcément tout le temps couper la circulation.

Dans le cœur du centre-ville de Villeurbanne, on souhaite vraiment apaiser le périmètre entre la rue du 4 août 1789, la rue du docteur Rollet, la rue Francis de Pressensé et le cours de la République, une espèce de grand carré. Pour donner plus de place aux habitants. C'est une zone commerciale, où l'activité commerciale à vocation à s'épaissir.

Cela ne sera pas forcément 100 % piéton sur ce périmètre-là, c'est beaucoup trop tôt pour m'engager la-dessus. Mais l'idée, c'est vraiment un secteur apaisé, un cœur de centre-ville.

La piétonisation depuis quelques mois d'une partie de l'avenue Henri Barbusse n'est qu'un début ?

En septembre 2020, on a annoncé qu'on n'allait pas rouvrir l'avenue Henri Barbusse (aux voitures). Entre l'Hôtel de ville et la rue Anatole-France, l'avenue Henri-Barbusse est piétonne. On avait beaucoup de stationnement en double-file sur cet espace-là. Les piétons se sont réappropriés l'espace public. On souhaite dans cet espace co-construire avec les habitants. On appelle ça "Gratte-Ciel autrement' pour questionner les habitants sur les usages. On a eu 1500 réponses. Ce qui ressort de cette enquête, les habitants sont extrêmement satisfaits de cette piétonisation, de cet apaisement. Il y a une très grande appétence à plus de végétalisation, à un espace qui permet d'accueillir aussi toutes les manifestations sur cette avenue. On va devoir au niveau de la ville trouver un équilibre. Si on plante des arbres partout, on n'a plus l'espace pour les grandes manifestations.

Quand on parle de réduire la place de la voiture, on a tout de suite une très forte levée de boucliers d'un certain nombre de personnes qui sont très réticentes. Car dans le modèle de notre société, la voiture c'est la liberté, la voiture c'est la réussite sociale. Avec l'épisode covid, on s'est tous rendus compte qu'on avait peut-être tous donné une place trop importante à la voiture et finalement la priorité pour notre ville, ce sont les piétons. Ce sont les piétons les plus fragiles. On souhaite clairement épaissir cet apaisement sur un périmètre plus large que juste l'avenue Henri-Barbusse, que l'on souhaite piétonniser jusqu'à la rue Francis de Pressensé. Villeurbanne a besoin d'avoir un coeur de centre-ville.

Il y a les Gratte-Ciel, certes, mais quid du reste de Villeurbanne ?

En effet, à Villeurbanne, il y a plusieurs centralités. La part belle est faite à la végétalisation et à l'apaisement par des trottoirs plus larges, à l'aménagement cyclable sur la rue du 8 mai 1945 par exemple. Notre souhait à la mairie, c'est de créer un coeur de ville Villeurbanne mais tout en gardant en tête qu'on a plein de petites centralités. J'ai vraiment à coeur de travailler sur toutes ces centralités. Villeurbanne, c'est aussi ses quartiers. Il faut qu'on repense les déplacements, qu'on ait une ville moins routière, plus agréable pour cheminer à pied ou à vélo.

Le T6 va venir traverser la ville du nord au sud (d'ici 2025). Quid des rues traversées par le futur tram ?

La rue Paul-Verlaine devrait être apaisée et piétonisée, en maintenant uniquement les accès pour les riverains et les livraisons. Piétoniser, c'est très bien mais il faut être très vigilant pour les commerces. Il y aura une très forte baisse de circulation rue Florian également. Le tram T6 va nous forcer à accompagner l'apaisement de la ville.

Quid de la place Granclément, où le futur T6 va aussi passer ?

Actuellement, des aménagements temporaires sont mis en place et sur le point d'être finalisés. Sur la pointe de la place Granclément, en lieu et place de l'ancien parking - qui est l'endroit le plus sympa de cette place avec de grands arbres - un jeu de boules va être créé, mais aussi un espace avec un manège pour les plus petits, un espace plus ludique pour les ados.

Les travaux du tram vont commencer fin 2022 - début 2023 (deux ans de travaux). Quand vous faîtes un tram, vous ne pouvez pas laisser les réseaux en dessous. La première partie des travaux, on peut le dire comme ça "on casse un peu la ville". On va venir déplacer tous les réseaux pour qu'ils soient en dehors de là où va passer le tramway. Ensuite, on vient faire l'aménagement.

Pour la place Grandclément, la rue va passer à sens unique. Il y a un gros travail en commun avec la Métropole de Lyon pour repenser tout le plan de circulation de tout ce secteur. Toujours dans le but d'apaiser. Il y a un vrai enjeu à Granclément pour arriver à rendre quelque chose de lisible, sachant qu'on a le cours Tolstoï et la rue Léon Blum qui sont déjà "pris" par le C3, et on va avoir l'avenue Général Leclerc et la place Granclément qui vont être en partie "pris" par le futur T6 nord.

Cet apaisement, cette piétonisation, notamment dans le centre-ville, c'est à quelle échéance ?

Le centre-ville, c'est un projet ambitieux. C'est un périmètre large. Apaiser, redonner beaucoup plus de place aux piétons et aux cyclistes. Cela ne se fait pas par un claquement de doigt. On vient d'étendre la zone 30 entre l'avenue Henri Barbusse et le cours de la République. C'est un début. Moi-même, je vous assure, j'ai envie d'aller très vite. On a une vraie volonté politique en ce sens, notamment avec un changement de majorité à la ville de Lyon et à la Métropole de Lyon. Mais il faut prendre le temps. Dès qu'on change un plan de circulation, cela a des effets collatéraux. Il y a les collectes, l'accessibilité des ayants-droits. Si on ne fait pas bien, il y a le risque que les scooters viennent prendre l'espace. Il faut aussi préserver la vie commerçante. On le fait par étapes, en concertation avec les habitants. C'est aussi pourquoi le périmètre est aussi large. Il ne s'agit pas de dire : "on met deux rues piétonnes et c'est bon". L'arrivée du tram va forcément requestionner la circulation dans tout ce secteur-là. On est encore en début de mandat.

L'idée, c'est aussi de ne pas oublier les commerces ?

C'est fondamental. Il faut qu'on ait une vraie vigilance pour nos commerces, qu'on les accompagne. Notamment pendant cette phase de travaux. Qui va être très impactante pour notre ville. Il faut qu'on ait une extrême vigilance pour que, pendant cette phase de travaux, la ville continue à vivre, les commerces continuent à prospérer... surtout que là ils ont eu deux années très difficiles. Il faut y aller par étapes pour préserver chacun.

Que va changer l'arrivée du T9 à Saint-Jean ?

C'est un quartier très enclavé, pris entre un canal, un périphérique, une ancienne digue qui font une coupure urbaine. En même temps, on a 350 entreprises dans le nord du quartier, un projet de ZAC avec l'arrivée de nouveaux habitants. L'arrivée du tram va changer la donne, permettre au quartier de se développer. Regardez le quartier de la Soie, le quartier s'est construit par l'arrivée de transports en commun, d'un centre commercial puis derrière il s'est épaissi autour. Il y a plein d'autres secteurs qui vont se transformer. On souhaite apaiser toute la ville, pas uniquement les Gratte-Ciel.

Pour les grands changements, il faut donc attendre l'horizon 2025 et la mise en service des deux nouveaux trams à Villeurbanne ?

On n'a pas de visibilité sur un calendrier précis mais il faut effectivement qu'on attende un petit peu déjà d'avoir le tracé définitif du T6 (prévu mi-juin), d'avancer sur les études. De toute manière, l'arrivée du T6 va forcer contribuer à l'apaisement de plusieurs secteurs de Villeurbanne. Notre rôle, c'est d'accompagner.

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : tout ce qu’il faut savoir sur les nombreux projets à Villeurbanne

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut