Lutte contre le racisme
Le collectif Tour de France de l’égalité @ Cheyenne Gabrelle

Un collectif demande des sanctions judiciaires plus lourdes contre les auteurs de délits racistes

Le Tour de France de l'égalité s'est arrêté à Lyon pour son étape du jour.

Après avoir parcouru une douzaine de villes françaises, le collectif d'éducation populaire la Maison des potes s'est arrêtée à Lyon à l'occasion de son "Tour de France de l'égalité dans la lutte contre le racisme". L'association a été reçue à l'Hôtel de Ville lundi 21 novembre par le chargé de mission de l'adjointe aux Droits et égalités, Florence Delaunay.

Cette initiative consiste à soutenir les associations d'éducation populaire qui luttent contre le racisme dans 40 villes françaises.

Régularisation des migrants, droit de vote des étrangers...

A chaque étape de ce Tour de France de l'Égalité,  l'association est déterminée à "défendre le CV anonyme contre les discriminations à l'embauche, l'ouverture des emplois fermés, la régularisation des travailleurs sans-papiers, le droit de vote des étrangers, les class actions et les testings contre les discriminations".

Les marcheurs ont présenté plusieurs projets qu'ils souhaitent que la ville mette en place. "Aujourd'hui les associations qui luttent contre le racisme sont pauvres financièrement et ont du mal à mener des actions. Les pouvoirs publics peuvent  apporter ce besoin pour sensibiliser à l'échelle de la ville", explique Samuel Thomas, délégué général de la Fédération Nationale des Maisons des Potes.

Le but ? Proposer à la ville de faire une communication anti-raciste en affichant une exposition à l'Hôtel de Ville.  Concrètement, l'association y voit une exposition sur les "victoires judiciaires contre les faits racistes" sur des grands panneaux en bois, résistant à la pluie.

La Ville de Lyon soutient le projet et envisage de le mettre en place d'ici le 21 mars prochain, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale.

Sanctions judiciaires

La Ville de Lyon travaille actuellement sur le projet de création d'un centre d'accueil pour les femmes. "On travaille étroitement avec la Métropole de Lyon pour ouvrir une maison des femmes". Pour l'heure, le projet est au stade d'étude et aucune date d'ouverture n'a été fixée.

Plus tard dans la journée, le collectif s'est rendu au tribunal judiciaire de Lyon. Au procureur de la République adjoint de Lyon, Alain Grellet, les membres de l'association ont demandé des sanctions judiciaires plus lourdes contre les auteurs de délits racistes.

Après Lyon, l'association se rendra dans d'autres villes jusqu'au 10 décembre, dont Saint-Etienne, Grenoble, Valence, Strasbourg, Lille, pour une arrivée à l'Assemblée nationale à Paris.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut