Fromages

Treize fromages de la région sacrifiés par le Gouvernement ?

Afin de conclure au plus vite le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (Ceta), le Gouvernement aurait accepté de sacrifier 32 fromages français, dont 13 originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Selon José Bové dans le journal Libération, dans le cadre des négociations du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta), le Gouvernement serait prêt à sacrifier 32 fromages français, dont 13 originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Concrètement, si l'accord était ratifié, ces 32 fromages pourraient être "fabriqués, copiés, plagiés au Canada", écrit M.Bové, et ce sans contestation possible de la part des fabricants français.

Les fromages concernés seraient le banon, le bleu de Gex Haut-Jura*, le bleu des Causses, le bleu du Vercors-Sassenage, le brie de Melun, le broccio, le chaource, le charolais, le chevrotin, l’emmental français est-central, la fourme de Montbrison, le gruyère, le laguiole, le langres, le mâconnais, le maroilles, le vacherin du Haut-Doubs, l’ossau iraty, le pélardon, le picodon, le pouligny-saint-pierre, la rigotte de Condrieu, le rocamadour, le saint-marcellin, le sainte-maure de Touraine, le salers, le selles-sur-cher, le soumaintrain, la tome des Bauges, la tomme des Pyrénées et le valençay.

Le traité signifierait alors la fin des indications géographiques protégées (IGP) et des appellations d’origine contrôlée (AOC) pour les producteurs de ces fromages.

* Les fromages en gras sont ceux produits en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut