Chantier du T6, boulevard Pinel – Lyon, septembre 2018 © Tim Douet
Chantier du T6 © Tim Douet

T6 : le tracé à Villeurbanne discuté par les candidats aux municipales

Le nouveau tramway T6, qui circule depuis le 22 novembre de Lyon Debourg aux hôpitaux Est, doit être prolongé jusqu’au campus de la Doua. Mais le débat sur son itinéraire villeurbannais n’est pas clos, surtout à quelques mois des municipales.

Villeurbanne va enfin disposer d’une ligne de transport en commun structurante sur un axe nord-sud. Entre la ligne A du métro et le C3, la ville s’appuyait sur un réseau très horizontal. Le tramway T6 apportera une perpendiculaire bienvenue. Le tracé retenu par la mairie de Villeurbanne et le Sytral ne fait plus, en revanche, l’unanimité. Initialement, l’extension de cette ligne qui reliera les hôpitaux Est de Lyon à la Doua devait serpenter par l’avenue Henri-Barbusse. Un itinéraire que la plupart des candidats veulent amender, avec un consensus qui se dessine pour un passage par la rue Paul-Verlaine.

“L’avenue Barbusse est un lieu auquel les Villeurbannais sont très attachés. C’est un axe formidable du quotidien ou lors des grandes manifestations populaires. Le tramway dénaturerait l’avenue alors que je souhaite que l’on étudie sa piétonisation définitive”, pointe Cédric Van Styvendael. Les Insoumis présenteront, eux, un tracé radicalement différent. “En passant plus à l’est, par Flachet, le tramway pourrait desservir le quartier Perralière qui est très densément peuplé et n’est desservi que par une ligne de bus. En remontant plus au nord, le T6 pourrait aussi desservir le quartier des Buers. Le tracé qui passe par les Gratte-Ciel va renforcer la gentrification du centre-ville et faire monter les prix de l’immobilier”, regrette Laurent Legendre, candidat LFI dans la circonscription métropolitaine de Villeurbanne.


[Article publié dans Lyon Capitale n° 794 – Décembre 2019]

à lire également
La mairie de Villeurbanne © Tim Douet
L’hégémonie socialiste sur Villeurbanne est attaquée de toutes parts. La majorité sortante se disloque. Le maire, Jean-Paul Bret, ne se représente pas et le choix de son successeur a poussé des élus vers La République en Marche. Mais, dans une ville où le béton a coulé à flots sur le mandat qui s’achève, ce sont surtout les écologistes qui pourraient profiter d’une fin de règne compliquée.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut