Tableau périscolaire école rythmes scolaires © Tim
© Tim Douet

Rhône : 92 % des communes sont repassées à la semaine de 4 jours

Dans le Rhône, 92 % des communes ont fait le choix de repasser à la semaine de 4 jours. Un constat que le syndicat FO a saisi pour demander l’abrogation générale de la semaine de 4,5 jours partout en France.

Le syndicat FO a publié une carte des rythmes scolaires dans le Rhône. Une carte où l'on découvre que la très grande majorité des communes du département on fait le choix de repasser à la semaine de quatre jours à la rentrée 2018. En effet, 92 % des communes ont pris le partie de revenir à l'ancien rythme scolaire, possibilité offerte par Jean-Michel Blanquer le nouveau ministre de l'Éducation nationale. En valeur réelle, cela signifie que 243 communes seront sur un rythme d'une semaine de 4 jours, 20 communes sur un rythme de 4,5 jours. Enfin deux communes sont dans une situation particulière. "À Craponne, les écoles maternelles fonctionneront à 4 jours et les écoles élémentaires à 4,5 jours et Chabanière, où l’école de St-Maurice sur Dargoire adoptera la semaine de 4 jours, tandis que les écoles de St-Didier sous Riverie et St-Sorlin resteront à 4,5 jours", indique FO.

Lire aussi : Lyon : la semaine de 4 jours adoptée par le conseil municipal

Le syndicat, qui milite pour un retour général à la semaine de 4 jours critique que "dans la plupart des communs restants à 4,5 jours, les enseignants et les parents n’ont jamais été consultés." "Et une commune ayant pour l’instant décidé de rester à 4,5 jours peut tout à fait décider de passer à 4 jours d’ici la fin de l’année scolaire. Rien n’est joué", ajoute le syndicat avant de conclure que "si dans le Rhône, seules 8 % des communes respectent la règle et que 92 % sont dérogatoires... c’est que la règle n’est pas bonne ! C’est pour cette raison que le SNUDI-FO exige l’abrogation des décrets sur les rythmes scolaires et l’instauration de la semaine de 4 jours sur 36 semaines dans toutes les écoles de la République. Il est temps d’en finir avec les Projets éducatifs de Territoires (PEdT) et les ingérences des municipalités dans le fonctionnement de l’école."

à lire également
Dessin © Isacile
Nombreux sont les élèves à considérer les maths comme leur bête noire. Ce phénomène apparaît généralement au collège, avec les débuts de l’abstraction. Pensant être nuls, ils se braquent. Les devoirs sont bâclés ou faits dans la douleur, les évaluations se transforment en cauchemar et les cours en corvée. Pourquoi les maths cristallisent-elles autant de sentiments négatifs ? Comment réconcilier son ado avec les maths ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut