Fabienne Grébert, était la candidate EELV, aux élections régionales de juin 2021. ©AFP

Régionales à Lyon : ce qu'il faut savoir sur Fabienne Grébert (EELV)

Dans ce casting des régionales, Fabienne Grébert est un peu l’invitée surprise. Elle n’a pas l’envergure médiatique ou l’expérience de ses rivaux. En effet, la chef de file des écologistes s’est lancée tardivement mais activement en politique.

Fabienne Grébert participe à la création de Nouvelle Donne en vue des élections européennes de 2014. Le parti, créé pour l’occasion par Pierre Larrouturou, rassemble des déçus du PS, des Verts et des citoyens issus de la société civile. Un an plus tard, elle intègre les listes d’union EÉLV et LFI aux élections régionales. “Durant le mandat, elle a été de tous les combats. Elle s’est investie sur le tram-train d’Annecy, la pollution dans la vallée de l’Arve ou le parc naturel régional de Haute-Loire. Elle était très présente sur le territoire et aux côtés des militants écologistes”, pointe Fanny Dubot, maire du 7e et collaboratrice du groupe EÉLV à la Région. C’est aussi en sillonnant le terrain qu’elle a construit sa victoire dans les primaires internes du pôle écologiste, la structure politique qui rassemble les signataires de l’appel au rassemblement lancé par EÉLV pour les régionales. “Elle a fait une grosse campagne interne. Elle a sillonné la région”, se rappelle Thomas Dossus, sénateur EÉLV du Rhône. Dans cette compétition interne, les militants l’ont préférée à Maud Tavel, première adjointe d’Éric Piolle à Grenoble, qui avait le soutien de nombreux cadres d’EÉLV. Fabienne Grébert n’est d’ailleurs pas encartée chez les écologistes. “Elle est arrivée à nos côtés en 2015 quand nous étions assez bas électoralement. Nous sommes devenus centraux et gagnants à gauche en nous appuyant sur les mouvements citoyens. Elle incarne cette trajectoire. Nous n’avons pas les mêmes codes politiques qu’elle, qui n’est pas issue d’EÉLV, mais quand on se parle, on se comprend”, souligne Thomas Dossus.

“Pragmatique”

Sur sa gauche, il est ainsi reproché à Fabienne Grébert d’avoir ratissé large à Annecy où elle a participé à la conquête de la ville aux municipales en s’alliant avec LREM. “Elle est pragmatique, salue Fanny Dubot. Elle est consultante et prof de fac. Elle n’a pas les réflexes des vieux partis chevillés au corps, dont celui du clivage gauche-droite. Elle est écologiste, mais pragmatique. À Annecy, il fallait l’être pour gagner.”

Dans la campagne des régionales, Fabienne Grébert reproduit le scénario de sa campagne interne. Elle multiplie les déplacements et les annonces. Un activisme qui passe jusqu’à présent sous les radars. Ses intentions de vote n’ont guère évolué depuis les premiers sondages de cet automne. Elle plafonne autour de 11 %. Dans les grandes villes conquises en juin dernier, sa liste pourrait toutefois flirter avec la barre des 20 %, confirmant ainsi la vague verte de 2020. C’est d’ailleurs sur ces laboratoires de l’écologisme municipal que Fabienne Grébert met l’accent en fin de campagne. Elle a ainsi réuni fin mai à Lyon les grands édiles écolos de la région. “Nous faisons partie d’une génération qui, après celle des élus lanceurs d’alerte ou minoritaires dans des majorités, a compris que l’on peut présenter un projet centré sur l’écologie politique et que cela pouvait susciter de l’engouement”, pointait Éric Piolle.

Bio express

Fabienne Grébert,
56 ans

• Née à Saint-Étienne

• Maîtresse de conférences à l’Institut d’administration des entreprises Savoie-Mont-Blanc

• Mandats actuels : conseillère régionale (2015-2021) et conseillère municipale à Annecy

Lire aussi : candidats, programmes... Tout ce qu'il faut savoir sur les régionales avec le hors-série de 50 pages de Lyon Capitale

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut