Prostituées : Lettre ouverte aux élu-e-s de la ville de Lyon

Après un sixième arrêté anti-prostitution pris par la Ville de Lyon, le 17 mai dernier (lire notre article), un collectif "des prostituées de Gerland", soutenu par l’association Cabiria, vient d’envoyer à l’ensemble des “élu-e-s de la ville” une lettre ouverte demandant l’"abrogation de tous ces arrêtés” et la recherche d’"une véritable solution” pour exercer la prostitution “en cohabitant avec les autres riverains”. Nous publions en intégralité la lettre signée par 14 prostituées.

Lettre ouverte aux élu-e-s de la ville de Lyon

La Mairie de Lyon vient de décider d’un nouvel arrêté municipal qui interdit le quartier de Gerland à nos camionnettes. A nos yeux, cette énième mesure constitue de l’acharnement. Tous les arrêtés municipaux précédents n’ont contribué qu’à nous regrouper et par là même à faciliter notre expulsion de tous les endroits où nous avons tenté de nous installer.

Ces multiples arrêtés municipaux sont utilisés comme des sanctions à notre encontre. Pour exemple, cet arrêté municipal ne nous a pas été communiqué, il n’a pas non plus été affiché sur les lieux. Ainsi, toutes celles d’entre nous qui se croyaient dans leur bon droit ont constaté l’arrivée subite de la police et de la fourrière et ont écopé de contraventions, et/ou se sont fait enlever leur camionnette. Quelle était donc la vocation de cet arrêté : libérer un espace, nous sanctionner, ou encore se servir dans nos portes-monnaie ?

L’argent que nous gagnons, d’habitude stigmatisé comme de l’argent sale, ne pose donc ici aucun problème à la Mairie, ni à la fourrière ?

Nous vous demandons d’arrêter cette chasse aux sorcières, nous sommes des citoyennes comme les autres. Notre présence n’est pas moins légitime que celle des habitants, des commerçants ou des entreprises d’un quartier. Au nom de quoi devrions-nous quitter les lieux ? La prostitution n’est pas interdite.

Si c’est réellement la prostitution qui dérange, pourquoi n’est-ce pas dit clairement dans les arrêtés municipaux ?

Les arrêtés ne sont pas une solution et n’ont jamais résolu les problèmes de cohabitation que nous pouvions rencontrer avec les autres riverains.

Nous vous demandons de vous positionner afin que cesse cette politique d’arrêtés municipaux inefficace et irrespectueuse de nos droits.

Dans ce cadre nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer et trouver ensemble une véritable solution, qui soit réfléchie et pensée avec nous, et pas un pis-aller justifié par les arguments habituels, spécieux et infondés.

Nous exigeons de véritables solutions : l’abrogation de tous les arrêtés pour la répartition de toutes les camionnettes sur le territoire, l’attribution d’un terrain réservé aux prostituées ou bien toutes autres solutions respectueuses de nos droits que vous saurez construire avec nous.

Nous vous alertons sur le caractère urgent de notre demande et souhaiterions vivement avoir une réponse dans les deux prochaines semaines.

Le collectif des prostituées de Gerland.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut