Cour d’assises de Lyon lors du procès Axelle Dorier. Photo : Nathan Chaize

Procès Axelle Dorier : après deux heures d'interrogatoire, l'accusé peine à accepter sa responsabilité

Ce jeudi 19 janvier à Lyon, dans le cadre du procès Axelle Dorier, Youcef Tebbal, principal accusé, a été entendu pendant plus de deux heures.

C'était un moment attendu par les parties civiles, "un rendez-vous avec la cour" pour la défense. Il a été manqué par l'accusé. Ce jeudi 19 janvier, Youcef Tebbal, accusé d'avoir renversé mortellement Axelle Dorier, aide-soignante de 22 ans, à Lyon le 19 juillet 2020, a été entendu par la cour d'assises. Il a maintenu ne pas avoir vu la jeune femme devant son véhicule.

"Il est évident ce stress, mais il pourrait s'en servir de défense. Il est possible qu'il refuse de travailler sur l'acceptation des faits"

L'expert psychologue à propos de Youcef Tebbal

Chemise bleue entièrement boutonnée, cheveux attachés, Youcef Tebbal s'installe devant le micro après que les menottes lui ont été retirées. Le jeune homme de 24 ans raconte, dans un français imparfait, sa journée du 19 juillet. Le mariage auquel il est invité et pour lequel il a loué la Golf GTD avec laquelle il aurait renversé Axelle Dorier. Puis, son rendez-vous avez les quatre filles en Twingo, d'abord à la piscine du Rhône, ensuite au parc des Hauteurs du Fourvière.

Lire aussi : Lyon : l'ADN d'Axelle Dorier a bien été retrouvé sur la chemise de l'accusé

L'accusé raconte sa version des faits, les amis d'Axelle qui le prennent à partie, lui, qui voulait simplement "fuir". "J'ai eu peur qu'il (le copain d'Axelle Dorier, Ndlr) rentre par le toit de la voiture avec son couteau", lance-t-il, dans un débit rapide, signe d'un "stress post-traumatique" selon l'expert psychologique appelé à la barre. Les larmes lui montent, ses mains, l'une dans l'autre, s'agitent : "Je ne comprenais plus rien, je me suis dis, si je m'arrête, ils me tuent." L'un des frères d'Axelle quitte la salle.

"Pour moi, le responsable, c'est [le petit copain d'Axelle]*"

Youcef Tebbal

"Est-ce qu'il est possible que l'accusé simule les symptômes dont il est victime ?", demande le président à l'expert psychologue. "Il est évident ce stress, mais il pourrait s'en servir de défense. Il est possible qu'il refuse de travailler sur l'intentionnalité de son acte", détaille le psychologue, écartant l'hypothèse d'une simulation de la part de l'accusé.

"Dites une chose qui soit la vérité"

"Quand j'ai vu le corps par terre, j'ai dis : 'Mohamed j'ai vu quelqu'un, c'est pas vrai. J'ai tué quelqu'un", lance-t-il voix tremblante. Le silence s'empare de la salle, interrompu par les sanglots de la mère du jeune-homme. "Devant la famille d'Axelle. En ce lieu sacré de justice, ne croyez-vous pas qu'aujourd'hui, vous pourriez libérez votre poids, dites une chose qui soit la vérité", lance Me Versini, l'avocat des parties civiles. "Je n'ai pas vu Axelle Dorier, je ne l'ai vue que dans les médias", maintient Youcef Tebbal.

"Ce Monsieur (Youcef Tebbal, Ndlr) s'est grandement planté"

Me Versini, avocat des parties civiles

"Qui conduisait ?", questionne Me Metaxas à son client. "Qui a roulé pendant 807 mètres sur Axelle Dorier ? Qui est responsable de la mort d'Axelle Dorier M. Tebbal ?", ajoute-t-il, agacé. "Pour moi, le responsable, c'est [le petit copain d'Axelle]*", lance Youcef. L'interrogatoire dure depuis deux heures, la salle est exaspérée par cette réponse. "C'est quoi cette réponse, 'c'est la faute de Clément' M. Tebbal", relance son conseil, agacé, avant de parvenir a lui faire reconnaître sa responsabilité pleine et entière.

"Ce Monsieur (Youcef Tebbal, Ndlr) s'est grandement planté, a lancé Me Versini, avocat des parties civiles, lors de la pause. C'est tant mieux, cela décrédibilise totalement le florilège de contradiction auquel nous avons assisté."

*L'accusé a nommé le petit copain d'Axelle.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut