Côte Rôtie
©GL

Près de Lyon : les plus grands crus de légende en dégustation libre

Initialement prévue du 21 au 24 janvier 2022, la 93e édition du marché aux vins d'Ampuis, se déroulera du vendredi 29 avril au 2 mai 2022.

Les collines rhodaniennes, en amont de Vienne, en donnent un avant-goût. Mais c'est véritablement au sud de l’ancienne capitale des Allobroges que commence la vallée du Rhône septentrionale.

Ici, la vigne pousse sur des sols granitiques escarpés, donnant des vins "qui ont la force du paysage et un bouquet puissant, riche d'arômes" écrit Jean Serroy dans "Les Vins du Rhône – Côte & Vallée" (Glénat).

A l'époque antique, bornant le théâtre romain, l'homme cultivait déjà la vigne. On parlait alors du "vin de Vienne" (dont Plutarque ou Pline l'Ancien faisaient déjà mention).

Territoire "deux-en-un"

La vallée du Rhône est l'un des très rares exemples de vignoble "deux-en-un”". Le nord est le plus petit des deux territoires. Sur ce secteur long et étroit de soixante-cinq kilomètres de long, entre Vienne et Valence, les coteaux, qui peuvent grimper jusqu'à 500 mètres d'altitude, sont emblématiques des paysages viticoles. La culture de la vigne se fait ainsi en terrasse et dans les secteurs les plus abrupts (présentant des pentes de l'ordre de 30 à 60%), des murets de pierre ("chalais") retiennent la terre très friable. S’alignent huit crus hors du commun à la réputation légendaire. Stendhal vantait le condrieu, Pascal, raffolait du château-grillet, Louis XII, Napoléon, Jefferson, Dumas, des rois et des princes ont loué les vertus de l'hermitage. "Ces crus tout en haut de leur prestige donnent aux côtes-du-rhône le droit de rivaliser avec les plus grands vignobles du bordelais et de la Bourgogne" peut-on lire dans Le Dico du Vin.

Vins de légendes en dégustation libre

En blanc, trois cépages : viognier (rondeur et parfums floraux), cépage unique des condrieu et château-grillet, marsanne (apporte de l'onctuosité aux vins puissants aux hermitage, crozes-hermitage, saint-péray, saint-joseph), qui se marie souvent à la roussanne (finesse et élégance) En rouge, un seul cépage : le Syrah et sa richesse aromatique (côte-rôtie).

Au fil des années, le marché aux vins d'Ampuis est devenu le rendez-vous incontournable et le symbole de côte-rôtie. 15 000 visiteurs s'y pressent. Ils seront cette année plus de 70 vignerons invités, avec de nouveaux domaines comme ceux de Bertrand David, Julien Pilon, Georges Vernay, Hervé Avallet, Nicolas Champagneux, Jean-Luc Jamet, Martin Clerc et François Merlin. Au total, 67 vignerons présenteront 250 vins durant quatre jours de dégustations, ventes et découvertes.

Les AOC Côte-Rôtie et Condrieu sont mises à l’honneur aux côtés des appellations du Rhône nord : Saint-Joseph, Cornas, Hermitage, Saint-Peray et Crozes-Hermitage.

Le côte-rôtie, légende parmi les légendes. Le plus ancien des vignobles. On dit qu’au Moyen Âge, le seigneur d’Ampuis, le sieur de Maugiron, avait deux filles, l’une blonde, l’autre brune, qu’il dota chacune d’un coteau de vignes. Ainsi seraient nées la côte brune et la côte blonde. Comme disait John Ford dans "L’Homme qui tua Liberty Valance" : "Quand la légende dépasse la réalité, c’est la légende qu’il faut imprimer." Rouge profond, vin de garde. Dans L’Âme du vin, Maurice Constantin- Weyer parle de ce "vin chaud et parfumé, assez pesant dans les premières années, mais qui, vers l’âge de neuf ans, se met à chanter d’une étrange façon"

Condrieu. Un cépage unique  : le viognier. Un blanc or pâle, aux arômes puissants et floraux (violette) et de fruits (abricots, pêche), d'une grande fraîcheur. Georges Vernay fut l'un des pionniers à arracher ses arbres fruitiers pour planter en viognier, persuadé du potentiel de ce raisin dans la région. C'est aujourd'hui l'un des plus beaux domaines, “Monsieur Vignier” dixit le critique Robert Parker, dont les condrieu égalent les grands blanc secs de l'Hermitage écrivent Bettane + Desseauve. C'est aussi Geroges Vernay qui donna l'impulsion à un renouveau du vignoble, que Stendhal appréciait particulièrement. A un petit kilomètre au Sud de Condrieu, un tout petit territoire de quatre hectares : château-grillet, l'une des rares appellations en France (avec la romanée-conti) à être détenue par un seul propriétaire (en François Pinault, depuis 2011, après 191 ans dans la famille Neyret-Gachet). Pour certains palais, château-grillet (10/12 000 bouteilles par an) a la réputation d'être le meilleur vin du monde.

Hermitage. Le joyau de la vallée du Rhône compte parmi les grands flacons de France. Les premières vignes furent probablement plantées sur ce piton rocheux dès le IVe siècle avant Jésus Christ. Selon certains historiens, c'est ici que se situe le plus ancien vignoble français. Selon la légende, le chevalier Gaspard de Stérimberg, revenant de la croisade contre les Albigeois, se retira là en 1 224 et passa le reste de sa vie en ermite. D'où son nom. L'hermitage est un très grand vin de garde (de 10 à 20 ans), tannique et extrêmement aromatique. Il était apprécié, dès le XVIIIe siècle, de toutes les cours princières d'Europe. On le boit rouge (75% de la production) ou blanc. Dans les années 20 et 30, pour donner aux vins de Bordeaux plus de corps et de puissance, les vignerons ajoutaient un peu d'hermitage. On les appelait alors les “bordeaux hermitagés”.

Cornas. On a retrouvé des mentions du vin de Coronatis au XIe siècle. Charlemagne en aurait consommé en 804 et, au XIXe siècle, les cornas (“terres brûlées” en celte) avaient une cote identique à celle des chateauneuf-du-pape. Le vignoble a pourtant bien failli disparaître dans les années 80, quand plus personne ne voulait de ces parcelles plantées en pentes sévères. Le cornas est l'un des grands vins les moins connus de la vallée du Rhône. Il est pourtant considéré par les amateurs comme l'un des meilleurs. Syrah pure et dure. Virilité chaleureuse et fruitée.

Saint-Péray. On “entre” à Saint-Péray par le château de Crussol (du moins ce qu'il en reste), cité depuis le Xe siècle qui domine le village sur un éperon rocheux. Napoléon le gravit plusieurs fois avec son frère Joseph, futur roi d'Espagne. Saint-Péray produit un vin éponyme (marsanne, roussanne) qui connut son âge d'or (Lamartine, Maupassant, Daudet et Wagner en furent très inspirés). Tombé en désuétude (et rabougri par l'extension urbain de Valence) quelques vignerons ont souhaité maintenir la tradition. Le saint-péray ets aujourd'hui un vin très floral. Mention particulière à La Fleur de Crussol d'Alain Voge.

Crozes-hermitage. Un petit air de famille avec l'hermitage mais une identité propre. C'est l'un des premiers vins à subir l'influence du mistral (en côtes-du-rhône spetentrional, jusqu'à Valence, on parle plutôt de bise, froide et revigorante). Jean Serroy explique que le 45e parallèle qui traverse son terroir le tient à égale distance du nord, dont il tire son énergie, et du midi, dont il a la chaleur. Vin de plaisir.


Pratique

Marché aux vins d'Ampuis
Du vendredi 29 avril au lundi 2 mai 2022, de 9h à 19h.
Plus d'informations, ici.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut