Place Gabriel-Péri à la Guillotière © Antoine Merlet

Policiers agressés à la Guillotière : le deuxième suspect arrêté a été mis en examen

Deux jours après son interpellation, un second homme suspecté d’avoir participé à l’agression de trois policiers à la Guillotière, le 20 juillet, a été mis en examen et écroué lundi 1er août à Lyon. 

L’enquête faisant suite à l’agression de trois policiers à la Guillotière le 20 juillet se poursuit pour tenter d’identifier et interpeller les auteurs. Un deuxième homme soupçonné d’avoir participé à la violente attaque des agents a été mis en examen et écroué ce lundi 1er août pour "violences volontaires aggravées sur fonctionnaire de police", selon le parquet. 

Lire aussi : Agression des trois policiers : un nouveau suspect interpellé à la Guillotière

Deux hommes déjà mis en examen

Ce suspect, âgé de 26 ans selon Le Progrès, "a sollicité un délai pour préparer sa défense dans le cadre du débat relatif à sa détention provisoire requise par le parquet et le juge d’instruction", qui aura lieu jeudi, a indiqué le parquet à l’AFP. "Dans l'intervalle, il a fait l'objet d'une incarcération provisoire", a-t-on ajouté de même source.

Nos confrères du quotidien régional ajoutent que lors de sa garde à vue l’homme aurait déjà partiellement reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il est suspecté d’avoir jeté une bouteille sur les agents, mais selon lui celle-ci ne les visait pas directement. Lors de son audition il aurait assurait avoir voulu la jeter contre un mur et ne pas avoir compris tout de suite que les trois personnes agressées étaient des policiers, ces derniers se trouvant en civil au moment des faits.

Cette mise en examen fait suite à celle d’un autre suspect pour les mêmes chefs d’accusation le 26 juillet. Âgé de 26 ans, en situation irrégulière et sans casier judiciaire, il "n'a pas contesté les faits" et a "présenté ses excuses", avait indiqué à l'AFP Me Laurent Bohé, avocat des victimes. 

Doucet et Darmanin à couteaux tirés

Avant cela, un autre homme avait été arrêté dans cette affaire, quelques jours après les faits, avant d’être mis hors de cause. Une arrestation qui avait fait les gros titres de la presse, le ministre de l’Intérieur ayant annoncé sur Twitter l’expulsion de cet homme en situation irrégulière avant même que la justice ait terminé son enquête. Malgré l’exonération de cet homme dans cette affaire, Gérald Darmanin avait par la suite maintenu sa volonté de l’expulser cet individu pour d’autres faits : "en lien avec les événements ou non, connu pour de nombreuses mises en cause (...) cet individu n’a rien à faire dans notre pays". 

Depuis, le premier flic de France s’est déplacé à Lyon samedi pour rencontrer les agents agressés et échanger avec des riverains de la Guillotière à la préfecture, après avoir inauguré un centre de rétention à Colombier-Saugnieu. Une visite qui a généré de nouvelles tensions entre le maire de Lyon Grégory Doucet, qui a refusé d’y participer, et le ministre de l’Intérieur. Depuis la fin de semaine dernière, les deux hommes politiques se sont livrés à de vives critiques sur les réseaux sociaux et part presse interposée. Dernier élément en date, un courrier adressé au maire publié lundi soir par Gérald Darmanin.

Lire aussi : 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut