piste cyclable

Plan Vélo : le Grand Lyon sur la bonne voie ?

velo collomb ()

© Adrienne Sigel

A l'occasion de l'inauguration d'une double voie cyclable sur l'axe Foch-Saxe-Jean Jaurès, Gérard Collomb présentait, mercredi 23 février, un bilan d’étape du nouveau Plan Modes Doux, adopté par le Grand Lyon en 2009.

C’est à califourchon sur des Vélo’V que Gérard Collomb, président du Grand Lyon, et Gilles Vesco, Vice-Président du Grand Lyon en charge des nouvelles mobilités urbaines, ont abordé cette conférence de presse consacrée à l'avancée du Plan Modes Doux 2009-2020 sur l'agglomération. Une mise en scène de circonstance, le temps de quelques photos.

collomb velo'v ()

© Adrienne Sigel

5% des déplacements urbains à vélo en 2014

Doté d'un budget de 90 millions d'euros pour la période 2008-2014, le plan de développement des modes doux, vélos en tête, a pour but de faciliter la vie des cyclistes mais aussi de promouvoir des alternatives non-polluantes à la voiture. Le Grand Lyon se fixe pour objectif de doubler l'usage du vélo d'ici 2014 et de lui faire atteindre 5% de part modale (2,5 % à l'heure actuelle), en étendant de 200 km le réseau cyclable existant.

Force est de constater que les résultats, en ce début 2011, sont plutôt encourageants : 400 km de pistes cyclables répartis sur l'agglomération à la fin 2010 (dont 130 km en centre-ville), pour aller jusqu'à 520 km en 2014. "Il faut maintenant porter notre effort sur d'autres points, en offrant de nouveaux services aux usagers du vélo, en complément de Vélo'v", commente Gérard Collomb.

Des services tels que des places de stationnement sécurisé à proximité du domicile de l'usager (une offre de 1700 places vélo pourrait être déployée dans une vingtaine de parcs publics du centre-ville à partir de 2012) ou dans les stations d'échanges de transports (parcs relais Sytral et gares SNCF). Mais aussi la mise en place d'un service de location vélo longue durée et d'un dispositif d'aide à l'achat de Vélo à Assistance Électrique (voir notre article ici).

Beaucoup de trafic, peu d'accidents

"L'objectif est d'étendre le réseau de 30 km chaque année", explique Gilles Vesco. "L'objectif a été largement atteint en 2010 avec 40 km réalisés. Ceci passe par différents types d'aménagements : pistes cyclables, voies vertes (mixité piétons-vélos) et mixité bus-vélos. Sur l'avenue du Maréchal de Saxe, la voie de bus est passée de 3,50 mètres à 4,20 mètres, pour permettre d'y instiller des vélos", complète-t-il. Une cohabitation bus-vélos qui inquiète cependant les usagers, qui rappellent la vitesse à laquelle roulent les bus sur leurs voies. Une crainte à laquelle Gilles Vesco se contente de répondre que l'élargissement des voies de bus permet d'éviter tout type d'accident et de se doubler mutuellement sans risque. "On demande aux chauffeurs de bus de renforcer leur vigilance", ajoute-t-il.

Lui même adepte des déplacements en mode doux, le Vice-Président s'est aussi félicité de l'évolution croissante du trafic vélo dans le centre. Une augmentation de 90 % depuis 2004 (et l'arrivée du Vélo'V), pour seulement 6% d'accidents en plus. "C'est une bonne nouvelle, qui montre que plus il y a de vélos, plus c'est un mode de déplacement sûr", estime-t-il. "Tout le monde faisant attention à tout le monde, plus il y a de vélos, plus le trafic se pacifie et moins les accidents interviennent".

carte ()

Un nouvel axe cyclable de 3,3 km

Nouveauté du Plan Modes Doux en ce début 2011 : le grand axe Foch-Saxe-Jaurès, long de 3,3 km. Une des trois voies de circulation automobile a été supprimée. Désormais, il y a au sud de Gambetta, deux voies automobiles et deux voies de bus dont une cohabitation bus-vélo dans le sens sud-nord, et au nord de Gambetta, deux voies automobiles, une mixité bus-vélo dans le sens nord-sud et une véritable bande cyclable dans le sens sud-nord.

piste cyclable ()

Pour Gilles Vesco, il s'agit "d'un recalibrage de tout un axe, qui traverse trois arrondissements. C'est un aménagement qui commence à faire basculer la ville dans la pratique des modes doux". Toujours selon le Vice-Président, un aménagement similaire reliera Lyon à Villeurbanne d'ici peu, de Cusset jusqu'au Pont Morand.

Venu pour représenter l'association "La Ville à Vélo", Martin Ray se dit "très heureux de cet aménagement, qui est excellent". Mais apporte tout de même un bémol au sujet du double-sens cyclable, que la Ville de Lyon a presque complètement exclu des zones à 30 km/h du centre-ville. "C'est notre gros combat actuellement. On a déposé, l'année dernière, un recours contentieux au tribunal administratif contre la Ville de Lyon, qui n'a pas répondu. Donc on va faire une demande de mise en demeure cette semaine", conclut-il. "Les double-sens ont été très mal gérés. L'argument de la ville d'avancer le principe de sécurité pour justifier leurs décisions ne tient pas. Certains doubles sens aménagés sont dangereux comme rue Gentil", complète Pierre Delorme, co-fondateur de l'association Modes doux.

Ce "forcené" de vélo est actuellement jugé pour excès de vitesse à bord de son Vélomobile. "C'est bien de faire des aménagements, mais ils doivent être respectés par les voitures", intime-t-il. Il a procédé à un décompte de véhicules qui stationnent illégalement sur la bande cyclable, le long des cours Albert Thomas et Gambetta, de Grange Blanche au pont de la Guillotière. Il a dénombré en moyenne 14 autos qui lui barraient ainsi la route. "On a l'impression d'une guerre urbaine sur la route au quotidien", conclut-il.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut