Laurent Wauquiez et Eric Ciotti main dans la main en juin 2018. (Photo by VALERY HACHE / AFP)

"On ne trahit jamais" : Laurent Wauquiez condamne Éric Ciotti et l’accord LR-RN 

En déplacement à Yssingeaux pour annoncer sa candidature aux élections législatives en Haute-Loire, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a désavoué, sans jamais le citer, Éric Ciotti, président du groupe Les Républicains, après l’accord passé avec le Rassemblement national.

Coup de tonnerre chez Les Républicains (LR) ce mardi. Ce qui n’était qu’une hypothèse est désormais officiel : Éric Ciotti, président du groupe LR, a annoncé qu’il acceptait de former une alliance avec le Rassemblement national (RN) en vue des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

Dans le même temps, Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, était en déplacement à Yssingeaux pour annoncer officiellement sa candidature dans la 1e circonscription de Haute-Loire. Il était accompagné de celle qui sera sa suppléante, non pas Isabelle Valentin comme cela avait été le cas en 2017, mais de Caroline Di Vincenzo, conseillère régionale. Par ailleurs, si Laurent Wauquiez était élu le 7 juillet prochain, l'actuel président d'Auvergne-Rhône-Alpes devrait démissionner de ses fonctions, le cumul des mandats étant interdit pour un député.

Sans jamais le citer, le désormais candidat en a profité pour désavouer son président de groupe : "Je crois à la politique dans la clarté, on ne trahit jamais, a-t-il déclaré avant d’ajouter, je suis convaincu que demain on aura besoin de cette parole indépendante."

Lire aussi : Législatives dans le Rhône : les candidats dans votre circonscription

La droite lyonnaise se désolidarise d'Éric Ciotti 

Plus tôt ce mardi, le président de région avait déjà exprimé son refus de toute alliance avec Marine Le Pen sur X (ex-Twitter) : "Le devoir de la Droite républicaine est de proposer une parole claire et indépendante entre l'impuissance du "en même temps" et le saut dans l'inconnu du RN. Il n'y a aucun avenir pour les combinaisons d'appareil. C'est la voix que je porterai, sans aucune compromission, quelles que soient les circonstances."

Lire aussi : "Pas d'accord possible" : à Lyon, Les Républicains s'opposent à un accord avec le Rassemblement national

Une prise de position suivie par de nombreux cadres Républicains à Lyon, comme le maire du 2e arrondissement, Pierre Oliver, qui assurait à Lyon Capitale : "Je me suis engagé à droite pour certaines raisons, mais certainement pas pour conclure un accord avec les extrêmes." Le député de la 9e circonscription, Alexandre Portier, et le maire d’Écully, Sébastien Michel, ont également partagé le post de Laurent Wauquiez. "Je suis atterré par tout ce qu’il se passe depuis dimanche. Bien évidemment aucun accord, aucune compromission avec le RN", jugeait par ailleurs Sébastien Michel. 

Peu après 13 heures, Olivier Marleix, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, a appelé Éric Ciotti à démissionner, une possibilité totalement exclu par ce dernier affirmant qu’il n’en était "absolument pas question."

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut