Chez Sofa Records, rue d’Algérie. Photo: Aline Duchêne

Nouvelle édition du Disquaire Day à Lyon ce samedi

Ce samedi 23 avril, le Disquaire Day est de retour à Lyon avec 13 boutiques partenaires de l'évènement et une journée pour trouver des perles rares pour les participants passionnés de musique.

"Je participe tous les ans pour trouver des rééditions de disques rares ou inédits", explique Thomas, fan de reggae. Le concept: Disquaire Day publie une liste de vinyles exclusifs disponibles dans les boutiques partenaires le jour de l'évènement. Ensuite, les participants se rendent chez les disquaires à la recherche de ces précieux sésames. Le challenge: ils ne savent pas quelle boutique a reçu quels vinyles. Il faut alors fouiller et enchaîner les disquaires, à la recherche de la perle rare.

Sofa Records, rue d'Algérie. Photo: Aline Duchêne

La course aux vinyles de collection

Aujourd'hui, Thomas voulait trouver un disque de Peter Tosh, un artiste jamaïcain, qu'il avait repéré dans la liste du Disquaire Day. Après quelques boutiques il a fini par acquérir le fameux vinyle. Un live enregistré à Los Angeles en 1984, disponible pour la première fois depuis sa sortie originale en 2002. Et côté prix? "Le prix est assez élevé mais c'est toujours moins cher qu'une version originale", juge-t-il.

"Des prix assez élevés"

Un avis pas toujours partagé par les disquaires: "Je trouve les prix assez élevés, c'est pas toujours justifié", estime Pierre Olivier, gérant du Sofa Records, rue d'Algérie, dans le 1er arrondissement de Lyon. Il a pratiquement toujours été disquaire. Pour lui, le Disquaire Day, c'est surtout l'occasion de faire connaitre sa boutique et son travail. "C'est un métier avec des économies fragiles, c'est bien de le mettre en avant le temps d'une journée", confie-t-il.

Les vinyles des "groupes du coin" chez Bigoût Records, rue des Capucins. Photo: Aline Duchêne

"Beaucoup de vinyles de rock des années 70/80"

Cette année, Pierre Olivier n'a pas commandé beaucoup de disques présents dans la sélection musicale du Disquaire Day: "Tous les ans, il y a beaucoup de vinyles de rock des années 70/80, je n'ai pas eu de coup de cœur musicalement". Chez Paul Martin, disquaire depuis 2019 à Bigoût Records, rue des Capucins dans le 1er arrondissement de Lyon, même combat. "À la base, c'était bien le Disquaire Day mais c'est devenu énorme comme évènement, c'est pas vraiment ce qu'on défend ici", explique-t-il.

13 disquaires lyonnais partenaires de l'évènement

Cette année, 13 disquaires lyonnais participent à l'évènement:

1 · Dangerhouse | 3, rue Thimonnier, Lyon 1

2 · Bigoût Records | 24, Rue des Capucins, Lyon 1

3 · Original Watts | 34, rue des Capucins, Lyon 1

4 · Sofa Records | 7, rue d’Algérie, Lyon 1

5 · Unité Centrale | 12, rue René Leynaud, Lyon 1

6 · Tiki Vinyl Store | 13, rue René Leynaud, Lyon 1

7 · Gibert Joseph | 6, rue de la Barre, Lyon 2

8 · Ultimae Records | 6, rue Emile Zola, Lyon 2

9 · Livity Records | 5, quai de Bondy, Lyon 5

10 · Onigiri Records | 40, rue Chevreul, Lyon 7

11 · Gibert Joseph Carré de Soie | 2A, rue Jacquard, Vaulx-en-Velin

12 · Réglis Records | 7, rue du Jardin des Plantes, Lyon 1

13 · Ric Vintage Records Shop | Boutique en ligne

Pour les disquaires, cette journée est surtout l'occasion de faire découvrir aux visiteurs leur travail et ce qu'ils proposent toute l'année, en dehors de la sélection proposée par l'évènement. Et parfois, à force de fouiller dans les bacs à disques, à la recherche d'un vinyle de la sélection, les participants finissent par trouver leur bonheur, ailleurs.

 

 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut