Manifestation à Lyon contre la réforme du statut des cheminots
© Tim Douet

Manifestation à Lyon : entre 4 000 et 10 000 personnes réunies

Ce jeudi 19 avril à Lyon, plusieurs syndicats ont manifesté lors de la convergence des luttes depuis l'ancienne gare des Brotteaux jusqu'à la place Bellecour. Étudiants, cheminots, retraités, avocats, travailleurs sociaux, Insoumis... Entre 4 400 et 10 000 personnes étaient réunies, selon la police et la CGT.

Le rendez-vous était donné à 13h30 place Jules Ferry, devant l'ancienne gare des Brotteaux. Sur place, des retraités, des étudiants, des militants de la France Insoumise, des cheminots, et même des avocats. "Ensemble, on est forcément plus forts et on se fera peut-être enfin entendre. Nous, on milite contre une réforme élitiste et injuste à l'université, mais aussi pour toutes les autres qui touchent le service public. On se sent tous concernés." explique un étudiant de l'université Lyon 2, tenant à la main une pancarte où on peut lire "Ta fac ne te prend pas ? Prend leur la rue".

Sept syndicats réunis

Si la CGT était la plus représentée, d'autres syndicats comme CNT, Solidaires, UNEF, UNL et FSU étaient également présents. Les cheminots, plus nombreux, invitaient tous les manifestants présents à signer une pétition contre la politique menée par le gouvernement : "Le chômage, on n'en veut pas, et si on ne fait rien c'est ce qui nous attend tous. Vous êtes venus, vous avez déjà fait un quart du travail. Maintenant, il ne vous reste plus qu'à signer notre pétition et venir vous rassembler", crie un cheminot d'une trentaine d'années dans un mégaphone.

Tous manifestent contre le "gouvernement des riches", mais chacun a ses propres revendications : "Ici, on est tous unis contre le gouvernement, mais chacun a une raison particulière d'être là. Certains protestent contre la loi asile et immigration, les avocats sont contre la réforme de Justice, et puis, de façon générale, le service public milite pour de meilleurs salaires et plus de droits. Après, c'est vrai que certains sont là uniquement pour faire valoir leur droit de grève, mais c'est un droit comme un autre" explique un cinquantenaire, un drapeau "Solidaires" à la main. Les Insoumis, qui clôturaient le cortège, étaient quant à eux présents afin de "soutenir et défendre les syndicats".

Des grèves à prévoir

Si la grève SNCF continue, d'autres sont à prévoir, notamment dans le secteur de l'énergie, ainsi que chez les travailleurs sociaux de FORUM Réfugiés et d'Adoma, qui militent contre la loi asile et immigration. Aux urgences, le mouvement de grève continue également, sauf pour l'hôpital Edouard Herriot où elle sera suspendue à partir de ce vendredi 20 avril.

à lire également
CGT drapeau
Les fédérations CGT Cheminots et Mines Energie organisent une journée d'action militante vendredi 27 juillet. Une délégation syndicale espère être reçue par la Direccte Rhône-Alpes pour dénoncer une "entrave au droit de grève".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut