Carte des établissements scolaires contenant de l’amiante © Libération

Lyon : votre école, collège, lycée contient-il de l’amiante ?

De très nombreux établissements scolaires de la région lyonnaise contiennent encore de c selon un document interne des services de l’Éducation nationale. 

Dans une série de papiers publiés ce mardi, Libération dresse un tableau national noir de l'amiante dans les écoles en France. Le journal s'est procuré un fichier interne des services de l’Éducation nationale recensant les écoles, collèges et lycées publics et privés contenant ce matériau dangereux pour la santé. Un tiers du parc scolaire a répondu aux questions. Ainsi, la très grande majorité des établissements construits avant 1997, date de l’interdiction de l’amiante dans l'Hexagone, en contiennent toujours. 

Libération a par ailleurs réalisé une carte des établissements concernés par l’amiante (voir ici). Si les données datent de 2016, le nombre d'établissements contenant encore de ce matériau hautement cancérigène est important. À Lyon comme partout en France on retrouve la présence d'amiante dans la majorité d'établissements scolaires. Cependant, peu font l'objet d'une obligation de travaux et la plupart des écoles amiantées ont vu leurs locaux contrôlés et des diagnostics effectués. D'après la carte de Libération, deux écoles lyonnaises font l'objet d'une obligation de travaux, l'école Chavant dans le 7e arrondissement et le collège Victor Schœlcher dans le 9e. 

Selon le Code de la santé publique, toutes les données contenues dans le diagnostique technique amiante sont consultables sur demande auprès du chef d'établissement ou de la collectivité locale en charge des bâtiments (écoles = ville, collège = Grand Lyon, lycées = région).

3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 4 février 2020

    Une honte absolue.
    Et ne nous demandons pas pourquoi il a été si long pour interdire d'utiliser cette matière...

  2. Galapiat - 6 février 2020

    L'amiante un isolant indispensable parfait longtemps utilisé dans l'industrie verre, métallurgie , interdite , a depuis été remplacée par des matières fibreuses aussi dangereuse (silice notamment), Appliquée en isolant enrobé de plâtre ou béton maigre, peu de risques, le gros risque provient du décapage dont il faut encadrer la technique, masques, aspiration etc .Seul le nombre important de victimes à dédommager à fait réagir , sa dangerosité connue depuis 1 siècle.

  3. pierrette - 7 février 2020

    attention ! La substitution des fibres d’amiante, dont le caractère cancérogène est avéré, par des fibres minérales artificielles n’est pas synonyme d’absence de risque : » La prévention des risques des fibres » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=367

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut