Image d’illustration

Lyon utilisera bientôt des voitures équipées de caméras pour contrôler le stationnement

À compter du 1er semestre de 2023, la Ville de Lyon utilisera deux véhicules équipés de caméras à lecture de plaque pour verbaliser les automobilistes qui ne respectent pas le stationnement payant en ville. 

Évoquée dès le mois de mars 2021 en conseil municipal, l’idée d’utiliser des véhicules équipés d’un système à Lecture automatique des plaques d’immatriculation (LAPI) pour faire respecter le stationnement payant se précise. Deux véhicules bardés de caméras devraient être déployés dans les rues de Lyon dès le 1er semestre de 2023 pour épauler les 90 agents de surveillance de la voie publique (ASVP). 


"Le stationnement non payé à Lyon est colossal. C’est à peu près 20% qui sont payés par les visiteurs", Valentin Lungenstrass adjoint au maire en charge des mobilités


Utilisé notamment à Marseille à Montpellier ou plus près de chez nous à Bourgoin-Jallieu, ce dispositif devrait permettre de renforcer les "capacités de contrôle" de la ville. Des équipements très attendus par la municipalité alors que selon l’adjoint en charge des mobilités Valentin Lungenstrass "le stationnement non payé à Lyon est colossal. C’est à peu près 20% qui sont payés par les visiteurs". Une situation qui devrait en partie être résolue par la "mise en œuvre du contrôle LAPI [qui] devrait avoir pour conséquence un accroissement des encaissements de droits de stationnement", fait valoir la municipalité.

Élus de Grégory Douce
Valentin Lungenstrass, l'adjoint en charge des mobilités, estime que seulement 20% des visiteurs payent leur stationnement à Lyon. ©Romane Thevenot

Les infractions pénales pas sanctionnées

Concrètement, les deux Peugeot 208 électriques acquises par la Ville "permettront, en étant connectées à la base informatique centralisée du stationnement, d’assurer rapidement un pré-contrôle des véhicules en stationnement dans les zones payantes. Seuls les éléments concernant les véhicules qui ne seront pas à jour de paiement seront transmis vers la base informatique centralisée du stationnement". Des agents seront ensuite chargés de dresser ou non une contravention adaptée via un poste informatique, il s'agit donc d'un sytème semi-automatisé.


"L’objectif c’est d’augmenter le taux de respect du stationnement payant et de redispatcher les ASVP sur le terrain pour faire davantage de contrôles du stationnement gênant", Valentin Lungenstrass adjoint au maire en charge des mobilités


Ces voitures ne pourront en revanche pas sanctionner les infractions pénales, à l’instar des "stationnements interdits, gênants, très gênants ou dangereux". Cette compétence restera à la charge des ASVP et elle devrait même être renforcée. "L’objectif c’est aussi de redispatcher les ASVP sur le terrain pour faire davantage de contrôles du stationnement gênant qui pour le coup est un vrai danger en matière de sécurité routière pour tous les usagers", précise à Lyon Capitale Valentin Lungenstrass, en ajoutant que le nombre d'agents ASVP n'évoluera pas dans un sens ou dans l'autre.

L'opposition tique sur le budget

D’abord favorables au projet, certains membres de l’opposition commencent toutefois à émettre quelques réserves en raison de l’évolution de son coût. Initialement évoqué autour  de 200 000 euros, le budget du projet présenté en 2021 au conseil municipal avait finalement été arrêté à 310 000 euros. Toutefois, la note devrait s’alourdir puisque selon une délibération présentée ce jeudi 10 novembre lors du conseil municipal et qui doit être votée par les élus une rallonge de 105 000 euros est nécessaire pour finaliser le projet, portant ainsi son montant global à 415 000 euros. 

Cette augmentation de l’investissement alloué au projet "Véhicules Lapi" doit notamment permettre de prendre en compte le stockage des photos LAPI. "Une disposition qui aurait dû être prise en compte dès le début du projet", peste-t-on dans l’opposition. Ce à quoi l'adjoint aux mobilités rétorque, "des bancs de l’opposition c’est simple de dire ça, après il faut avoir un minimum d’humilité sur la gestion de ces projets là. Vu que l’on part d’un système existant, il est normal que lorsque l’on creuse il y ait des adaptations techniques nécessaires". La municipalité souhaite notamment porter une attention particulière "à la gestion des déménagements, la prise en compte des personnes à mobilité réduite".

Lire aussi : Isère : une voiture équipée de caméras pour contrôler les stationnements

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut