(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Lyon : pour Collomb et Cucherat, les régionales sont le signe d'un "constat d'échec de LaREM"

Suite à la débâcle du groupe La République en Marche aux élections régionales et départementales, Gérard Collomb, ancien maire de Lyon, son ancien adjoint Yann Cucherat et Louis Pelaez, conseiller métropolitain, s'expriment sur ce "constat d'échec" du parti au pouvoir.

Lors des dernières élections locales, les 20 et 27 juin, le mouvement d'Emmanuel Macron n'a pu décrocher aucune région métropolitaine. En Auvergne-Rhône-Alpes, le candidat du parti au pouvoir Bruno Bonnell n'est pas parvenu à se hisser au second tour, ce qui se traduit par la composition d'un nouveau conseil régional exempt de conseillers LaREM.

Un "constat d'échec"

Pour Gérard Collomb, Yann Cucherat et Louis Pelaez, ce revers, "qui entraîne l’absence de toutes représentations au conseil régional d’une sensibilité pourtant importante, pendant 6 ans", serait le résultat de l'échec de "la liste de la République en Marche à porter une volonté de rassemblement large". 

"Nous ne pouvons rester sur un tel constat d’échec", s'indignent ces élus de la région. Ils appellent ainsi à "réunir le plus largement, au-delà des sensibilités", face à la "majorité aujourd'hui en place à Lyon". Pour ces membres de la classe politique, l'actuel parti au pouvoir dans la ville et dans la Métropole représenterait un "danger grave" en se posant "en rupture avec ce qui a été réalisé au travers des Maires de Lyon et des Présidents de la Métropole successifs". "Nous pensons que les nouvelles équipes vont faire régresser ces deux collectivités dans les prochaines années", analysent les élus du centre dans leur communiqué commun.

"Poursuivre dans la voie du progrès"

Gérard Collomb, Yann Cucherat et Louis Pelaez déclarent que des initiatives seront alors prises "dans les prochaines semaines", afin de "rassembler toutes celles et tous ceux qui, au-delà de leurs différences, veulent poursuivre dans la voie du progrès". 

Lire aussi : Régionales à Lyon : Wauquiez, abstention, écologistes, les trois grandes leçons du second tour

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut