Météo péniches Rhône soleil été
© Charlotte Santana

Lyon : le Rhône est-il propre ?

Les diverses formes de pollution ont baissé dans le Rhône depuis 20 ans, mais demeurent présentes d'après l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse.

Selon un rapport de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, le fleuve qui traverse Lyon a regagné en qualité depuis quelques années. “Plus aucun secteur n'est classé en état médiocre ou mauvais”, assure l'agence. Dans les faits, la pollution domestique y a été divisée par 5 en 20 ans grâce à la mise aux normes des stations d'épuration et les rejets industriels sont devenus également beaucoup mieux traités. Concrètement cela représente 30 tonnes/jour d’ammonium et 10 tonnes/jour de phosphates en moins à l’aval de Lyon.

Par ailleurs, faire du Rhône une globalité n'aurait aucun sens et les taux de pollutions différents en fonction de l'éloignement de la source (le glacier du Rhône en Suisse). “Les micropolluants augmentent au fil du Rhône, note l'agence. À sa sortie du lac Léman, le fleuve présente déjà des concentrations très élevées en   hydrocarbures aromatiques polycycliques  (HAP), inhérentes aux émissions des grandes agglomérations (Genève). Les concentrations élevées en métaux proviennent d’une part du fond géochimique naturel, mais également des apports issus de l’activité économique du bassin versant”. La concentration en PCB augmente elle “à la sortie de l’usine de traitement de Saint-Vulbas dans l’Ain (amont Jons), ainsi que ceux des métaux avec notamment les apports de la Bourbre”.

Enfin, la quantité de micropolluants augmente encore significativement dans le Rhône à l’aval de Lyon (station de Chasse sur Rhône). “Les micropolluants organiques identifiés portent la signature de l’activité industrielle du couloir de la chimie”, explique l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse. Le nombre de substances pharmaceutiques augmente également à l’aval de la métropole lyonnaise tandis que l’augmentation du nombre de pesticides est due aux apports de la Saône, dont le bassin versant est majoritairement agricole.

à lire également
2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 13 juillet 2020

    Avec l'économie pollueuse au pouvoir (malgré les verts), le seul moyen de "nettoyer" le Rhône est de laisser faire le courant pour envoyer les produits nocifs plus loin chez le voisin...

    C'est toutes les chaines de production qu'il faut revoir, passer à la loupe. 🙂

  2. JANUS - 13 juillet 2020

    Abolition / yaka/yfocon !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut