Police © Tim Douet

Lyon et Rhône : comment retrouver ses objets volés ?

Un cambriolage, une voiture à la vitre brisée, un pickpocket dans le métro... se faire voler peut être un vrai traumatisme. Néanmoins, il est parfois possible de retrouver ses objets. Voici comment procéder dans le Rhône et à Lyon.

Même s'il faut parfois renoncer à retrouver un jour des objets volés, il existe plusieurs méthodes à ne pas négliger pour mettre toutes les chances de son côté. À Lyon et dans le Rhône, régulièrement les policiers et gendarmes publient des listes avec photos de biens saisis lors de perquisitions. Voici un guide pour tenter de récupérer ses objets.

Porter plainte systématiquement

C'est sans doute la base. En cas de vol, il est important de porter plainte au commissariat ou en gendarmerie, même si l'objet est de faible valeur, que le porte-monnaie ne comportait pas de documents sauf les cartes bleues pour lesquelles vous avez fait opposition, que le smartphone était en fin de vie avec un écran brisé. Porter plainte permettra un suivi de l'affaire, la tenue de statistiques (notamment pour les vols dans les transports en commun), et éventuellement d'être recontacté si les biens sont retrouvés et portent des signes distinctifs.

Consulter les opérations de police et gendarmerie 

Régulièrement, les forces de l'ordre mettent en ligne des sites Internet ou messages sur les réseaux sociaux listant des objets volés retrouvés. En juin 2018, les gendarmes ont arrêté à Grenoble les auteurs d'une soixantaine de cambriolages en Rhône-Alpes. Plusieurs bijoux en or, montres, tableaux ont été saisis à cette occasion. La liste et les photos peuvent être consultées ici. Fin 2018, après 18 mois d'enquête, la Brigade criminelle de la Sûreté départementale du Rhône a démantelé un réseau de malfaiteurs spécialisés dans le vol d'objets de valeurs et visant les personnes âgées en se faisant passer pour des plombiers ou policiers. Les biens récupérés peuvent être visibles sur ce site (lire ici). Dans tous les cas, les victimes peuvent remplir un formulaire en donnant les références de leur dépôt de plainte, avec des justificatifs de propriété des objets identifiés. Enfin, il existe également un site national sur les objets retrouvés avec à chaque fois les données de contact (voir ici).

Vérifier les sites de petites annonces

Régulièrement, nous faisons état de victimes qui retrouvent leurs biens en regardant simplement sur les sites de petites annonces. Dernièrement, nous rapportions l'histoire d'un père de famille qui s'est fait voler les cadeaux de Noël destinés à ses enfants, avant de les repérer sur le site Le Bon Coin (lire ici). Plus tôt dans l'année, une femme avait pu récupérer son sac de luxe en regardant les annonces en ligne (voir ici). Un salon a même pu remettre la main sur un casque de coiffure (voir ici). Reste un point important, il est impératif de ne pas chercher à rentrer en contact avec les malfaiteurs, y compris quand ils laissent leur numéro de téléphone. Si vous retrouvez un objet sur un site de petite annonce et qu'il est indiscutable qu'il s'agit du vôtre, il est important de se tourner vers un commissariat ou une gendarmerie.

Marquer son vélo, activer la location sur son téléphone...

Attribuer un signe distinctif à ses biens peut être la garantie de le retrouver s’ils sont dérobés un jour. Il est ainsi possible de faire marquer son vélo avec un code Bicycode (voir ici). En plus d'un bon antivol, le dispositif peut dissuader les voleurs. Les forces de l'ordre ont également accès à la base de données de ces codes et peuvent contacter les propriétaires des vélos retrouvés. Par ailleurs, si votre smartphone possède une fonction "localiser mon téléphone", activez là dès maintenant si ce n'est pas fait. Vous pourrez ainsi bloquer à distance votre téléphone, l'effacer ou lancer une localisation pour voir où il se situe s'il est encore allumé. Là encore, si vous découvrez sa position, il est impératif de se rapprocher des forces de l'ordre et de ne pas tenter de récupérer son smartphone seul.

à lire également
L'ouvrage de 11 kilomètres reliant la France à l'Italie était fermé, ce dimanche, alors qu'une grande cérémonie de commémoration s'est tenue, en hommage aux 39 victimes, décédées dans le drame du 24 mars 1999. L'avocat lyonnais, Me Alain Jakubowicz, qui défend les familles de victime, a rappelé les erreurs commises à l'époque. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut