Lyon : 22 ans ferme prononcés contre l'un des braqueurs d’une bijouterie luxembourgeoise 

Quatre ans après le braquage violent d’une bijouterie au Luxembourg, qui s’était terminé par une prise d’otage dans les Beaujolais, la justice lyonnaise a prononcé des peines de prison d'un an avec sursis à 22 ans ferme contre les 9 accusés. 

Le 20 mars 2018, deux hommes grimés en vieillards réalisaient un casse violent dans une bijouterie au Luxembourg avant de prendre la fuite avec 87 montres de luxe, d'une valeur totale dépassant les 2 millions d’euros. Une fuite en direction de la France qui s’était finalement terminée à quelques kilomètres de Lyon. 

Le fil des événements

Les forces de l’ordre avaient d’abord réussi à interpeller sans incident deux des malfaiteurs situés dans la voiture de tête. Pendant ce temps, le deuxième véhicule avec à son bord le reste de l’équipe prenait la fuite après que son passager, armé d'un fusil d'assaut, avait tiré à plusieurs reprises en direction de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), sans faire de blessés. 

À l'issue d'une course-poursuite, la voiture était retrouvée abandonnée sur la commune d'Arnas, dans le Beaujolais, tandis que ses deux occupants s'étaient réfugiés dans le pavillon d'un lotissement, menaçant avec leur arme un couple et leurs quatre enfants surpris dans leur sommeil. La BRI était parvenue peu de temps après à arrêter les deux malfaiteurs, qui détenaient le butin.

Du sursis et jusqu'à 22 ans ferme

Quatre ans après, les malfaiteurs et leurs complices, âgés d’une vingtaine à une trentaine d’années, étaient jugés à Lyon par la cour d’Assises du Rhône. Mercredi, l’avocat général avait requis 30 ans de réclusion criminelle et une période de sûreté des deux tiers de la peine à l'encontre du principal accusé, dont le casier judiciaire comptait jusqu'à présent 27 condamnations, dont une de sept ans pour vol à main armée en 2014. 

Ces réquisitions n’ont toutefois pas été suivies par les jurés, qui ont finalement décidé de condamner cet homme de 30 ans, qui a avoué une partie des faits, à 22 ans de prison ferme pour vol à main armée et tentative d’homicide. Deux de ses complices ont été condamnés à 12 et 10 ans d'emprisonnement, l’un pour avoir participé au braquage, l’autre pour avoir piloté l'une des voitures qui avait servi à l'opération. 

Six derniers accusés, dont deux femmes, poursuivis pour avoir prêté main-forte à l’équipe à des degrés divers, ont écopé de peines allant d’un an avec sursis à trois ans de prison ferme. Un mandat d’arrêt a été décerné contre l'un d'eux qui est actuellement en fuite. 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut