Les mauvais avis se multiplient sur la Cité de la gastronomie de Lyon

Fraîchement ouverte, la Cité internationale de la gastronomie de Lyon doit faire face à une première difficulté. Elle se fait étriller par les visiteurs qui laissent leur avis en ligne.

"Trop cher", "décevante", "vide"... depuis son ouverture, quelques visiteurs de la Cité internationale de la gastronomie de Lyon ont laissé des avis particulièrement négatifs sur Google ou Facebook. Ce n'est pas un raz-de-marée. On compte ainsi, toutes notations confondues, 25 avis sur Google et 8 sur Facebook.

Pour ses débuts, cette nouvelle institution commence avec des moyennes pénalisées par ces retours. Ainsi, sur Google, elle est à 2,8 (la moyenne est ici à 3, car il est impossible de mettre 0 étoile), sur Facebook, elle est à 3. À plus d'une reprise, ces visiteurs mécontents saluent la très belle restauration des lieux qui fait clairement consensus, tout en regrettant le prix d'entrée, 12 euros pour la visite, 12 euros pour la dégustation, soit 24 euros (36 euros si les visiteurs décident également de s'offrir une visite guidée à 12 euros).

Lors de notre visite en condition réelle, nous avions fait un constat assez proche de certains avis de visiteurs, regrettant qu'il soit obligatoire de devoir payer le prix d'entrée pour accéder à une dégustation qui avait été la partie la plus convaincante de l'expérience (lire aussi : Test de la Cité de la gastronomie de Lyon : surcotée, survendue). Le manque d'animation dans la partie "musée" avait été également souligné dans notre critique, mais aussi par les visiteurs déçus.

"Tant des éloges que des déceptions".

Contactée par Lyon capitale, la Cité confie : "Les avis des premiers visiteurs sont effectivement partagés, comme en témoignent les notes « moyennes » que nous avons sur les réseaux. Au-delà des retours sur internet, nos équipes d’accueil reçoivent également en direct les retours des visiteurs, qui sont tant des éloges que des déceptions. Nous notons notamment les commentaires des visiteurs qui restent sur leur faim ou qui sont déçus par les espaces d’exposition permanente. Ces impressions sont assez liées au moment où les gens viennent, et dépendent de la fréquentation et de la programmation du jour". La Cité précise également de bons retours sur "la qualité de notre accueil, à l’expérience dégustation, et à l’espace Miam Miam consacré aux enfants".

Des améliorations à venir

Des nouveautés et améliorations seront ainsi proposées progressivement : "Nous prenons évidemment en note les commentaires des premiers visiteurs, qui sont importants pour nous, afin que nous fassions évoluer le lieu, qui a ouvert seulement il y a quelques semaines, et travaillons dans un souci d’évaluation des visites. Nous allons monter en charge sur les différents supports de visite pour apporter plus de contenus aux visiteurs (guide visiteur, cartels, panneaux d’explication, audioguides, médiation postée, etc.) qui semblent frustrés du trop peu de contenus écrits, liés aux choix muséographiques qui ont été volontairement peu rédactionnels pour s’adresser au plus grand nombre", rappelle la Cité.

Reste que les visiteurs qui ont déjà payé leur place pour découvrir les lieux dès ses débuts pourraient avoir l'impression d'avoir découvert une institution encore "en rodage". Donneront-ils une nouvelle chance à la Cité plus tard ? C'est bien toute la question.

2 commentaires
  1. vieux caladois - 8 novembre 2019

    Lyon capitale avait été le premier à en faire l'expérience, cela se confirme donc ! cité de la gastronomie : allez donc dans un bon vieux et reconnu bouchon lyonnais ! je ne citerai pas de nom pour ne pas faire de concurrence...mais il y en a encore des vrais !

  2. Jol - 16 novembre 2019

    Quand on a été visiter on a trouvé si peu de contenus , que l'on a fait in second tour pour voir si on avait pas oublié des salles.
    Mais non , on avait rien oublié....
    et ca dépend pas du jour
    il y a beaucoup de...... vide.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut