Crédits: Masmoudi

Le ramadan, période faste pour la pâtisserie Masmoudi à Lyon

Cornes de gazelle, baklawa ou encore makroud, les pâtisseries orientales sont à l'honneur en ce mois de ramadan. Une période faste pour la pâtisserie Masmoudi (Lyon 2e) qui voit son chiffre d'affaires augmenter jusqu'à cinq fois.

"Le chiffre d'affaires peut augmenter jusqu'à cinq fois", confie Rahma Bouzid à l'AFP. Directrice de la pâtisserie Masmoudi, au 46 rue Victor Hugo (Lyon 2e), elle explique que le mois de ramadan équivaut à "un repas de Noël pendant 30 jours". Alors, on s'active de l'autre côté de la mer Méditerranée, pour les 900 salariés de l'enseigne, en Tunisie, où sont produites les pâtisseries. Objectif: remplir les stocks des trois boutiques françaises, à Paris, Nancy et Lyon.

Une période qui "rentabilise l'année"

Ce surcroît d'activité, en période de ramadan, "rentabilise l'année pour un magasin de pâtisseries orientales", assure Rahma Bouzid à l'AFP. Dans sa boutique, cornes de gazelle, baklawa ou encore makroud trônent sur les présentoirs. Et les clients sont au rendez-vous à l'approche de l'Aïd-el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne, prévue à la fin du mois.

Dernière ligne droite

"C'est un moment qu'on va célébrer en famille", explique Mehdi Triki, un médecin de 41 ans venu profiter de la promotion du moment, des pâtisseries tunisiennes, à 39 euros le kilo. Pour la directrice de Masmoudi, ce week-end est la dernière ligne droite d'une période faste pour l'activité de la boutique: "Certains clients ne viennent que la dernière semaine pour acheter des pâtisseries pour l'Aïd", explique-t-elle à l'AFP.

Le ramadan, un des cinq piliers de l'islam, invite les croyants à s'abstenir de boire et de manger de l'aube au coucher du soleil. Les soirées sont marquées par des repas copieux se terminant généralement avec des desserts traditionnels.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut