La manifestation à Lyon le 21 septembre 2019, @Lucas Lemmel / Lyon Climat

"Le compte n'y est pas" : Grégory Doucet, le maire de Lyon, marchera aussi dimanche pour une vraie loi climat

Ils réclament une "vraie loi climat". Une grande mobilisation est attendue dimanche à Lyon pour dénoncer le manque d'ambition de la loi climat débattue et adoptée en première lecture ce mardi à l'Assemblée nationale. Le maire de Lyon, Grégory Doucet, compte bien y participer. Il explique pourquoi.

La loi climat et résilience a été débattue et adoptée en première lecture ce mardi à l'Assemblée nationale. Mais pour beaucoup, pour les associations environnementales comme pour des institutions plus neutres comme le Haut conseil d'état pour le climat ou le Conseil d'Etat, le compte n'y est pas. Trop peu de propositions de l'ambitieuse Convention Citoyenne pour le Climat ont été vraiment reprises dans cette loi climat et résilience. Ou alors avec trop d'exceptions, vidées de leur substance, qui rendent les mesures illisibles ou inefficaces.

Ainsi, dimanche, à Lyon notamment, une grande marche est organisée "la marche d'après" pour dénoncer une loi au rabais. Une marche co-organisée par deux collectifs citoyens : Lyon Climat, une coalition de seize associations qui luttent pour la justice climatique à Lyon et "Plus Jamais Ca Rhône", coalition d'associations écologistes, altermondialistes et de syndicats.

Lire aussi : Loi climat votée ce mardi : à Lyon, une grande "marche de sanction" prévue ce dimanche, décryptage

Grégory Doucet, le maire EELV de Lyon, sera aussi de la partie. "Oui je vais y participer. La convention citoyenne pour le climat, qui était le point de départ de cette loi climat et résilience a été très largement ignorée. Beaucoup de propositions ont été édulcorées ou n'ont pas été reprises. Initialement, le président de la République avait dit qu'il se donnait deux ou trois jokers par rapport aux propositions de la convention citoyenne. La France est censée réduire massivement ses émissions de gaz à effets de serre. Pour l'instant, on n'est même pas à 10 % des émissions que la France est censée réduire", déplore-t-il.


"Pour le pays hôte de l'accord de Paris, ce n'est pas entendable" - Grégory Doucet, maire de Lyon


Pour limiter les effets du réchauffement climatique, la France a notamment comme objectif la réduction de 40 % de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 (par rapport aux niveaux d'émissions de 1990). De l'avis de nombreux spécialistes, ce projet de loi ne permettra pas à la France de tenir ses engagements. "Pour le pays qui a été l'hôte de l'accord de Paris, ce n'est pas entendable. On a besoin d'avoir une mobilisation ce dimanche lors de cette marche pour le climat justement pour rappeler que la France doit s'engager de manière beaucoup plus volontariste, notamment dans cette loi, mais aussi demain à travers d'autres initiatives. Car là dans cette loi, clairement, le compte n'y est pas", explique le maire de Lyon.

Fin mars, Doucet avait déjà participé à une marche à Lyon avec près de 10 000 personnes pour réclamer "une vraie loi climat". Sa présence, en pleine pandémie, avait été vivement critiquée par l'opposition de droite et du centre à la ville comme à la Métropole. "Quand la responsabilité climatique amène à l’irresponsabilité sanitaire... du maire de Lyon, président du conseil de surveillance des HCL, en plein confinement. Beau message aux soignants", avait notamment taclé l'ancien président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld.

Lire aussi : Marche pour le climat : à Lyon, l'opposition critique la présence du maire en pleine épidémie

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut