Voie covoiturage M6
© Thierry Fournier // Métropole de Lyon

La voie de gauche dédiée au covoiturage sur l'axe M6/M7 à Lyon : quel bilan un an après le lancement ?

Depuis le 21 décembre 2020, la voie de gauche de la M6 et de la M7, (l'ex A6-A7) à Lyon, est réservée au covoiturage. Mais cela "fonctionne moyennement" admet Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon. Explications.

Depuis le lundi 21 décembre 2020, des voies dédiées au covoiturage sont mises en place sur l'axe M6/M7 (anciennement A6/A7). Pour résumé, la voie de gauche est réservée aux véhicules transportant au minimum deux personnes, aux véhicules Crit'Air 0, aux taxis, et aux bus express dans les deux sens de circulation sur la M6 (ex-A6), au nord de Lyon, entre l’échangeur de La Garde (Dardilly, sortie n°33) et celui du Valvert (Tassin-la-Demi-Lune, sortie n°36) et sur la M7 (ex A7), au sud de Lyon, entre l’échangeur de Pierre Bénite et celui de Confluence.

Un automobiliste, seul, ne peut pas emprunter la voie de gauche. Un signal lumineux lui indique que tout passage sur la voie de gauche est interdit s'il est seul dans le véhicule. Ces voies sont actives du dimanche soir minuit au vendredi soir minuit, lorsque le trafic est le plus dense. En cas d’accident sur les deux autres voies, le signal lumineux, qui indique la voie de covoiturage, va se désactiver et tout le monde pourra emprunter cette voie de gauche.


"Aujourd'hui, ceux qui prennent cette voie de covoiturage à tord ne sont pas sanctionnés"

Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon


Presque un an après le lancement, le bilan est plus que mitigé. "Ca fonctionne moyennement. Ce n'est pas totalement respecté", admet Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon.

Les contrôles sont en effet inexistants. "Ce qui manque pour le respect de ces voies de covoiturage, c'est que ceux qui ne respectent pas soient sanctionnés. Pour l'instant, les radars ne sont pas encore homologués donc ne peuvent pas être mis en place. A priori, ça devrait arriver dans les mois qui viennent, l'année prochaine. Naturellement, une fois qu'on pourra faire respecter la voie de covoiturage, ça sera un atout beaucoup plus facile à mettre en oeuvre. Car aujourd'hui, ceux qui prennent cette voie de covoiturage à tord ne sont pas sanctionnés", poursuit le président de la Métropole de Lyon.

Lire aussi : Une gare (et pas une aire) de covoiturage expérimentée à Lyon : en quoi ça consiste ?

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut