Gaël Perdriau, le maire LR de Saint-Etienne @JACQUES DEMARTHON / AFP

La garde à vue à Lyon du maire de Saint-Étienne a été levée

Placé en garde à vue à Lyon mardi 13 septembre dans le cadre d’une affaire de chantage politique, le maire LR de Saint-Étienne Gaël Perdriau est ressorti aux environs de 14 heures hier. 

Entendu par les enquêteurs sous le régime de la garde à vue mardi 13 septembre, le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau avait été convoqué par le parquet de Lyon, avec quatre membre de son équipe, dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte après des accusations de chantage politique à la sextape le visant lui et sa garde rapprochée. 

Lire aussi : Le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, placé en garde à vue à Lyon

Mardi matin, alors qu’il devait tenir un point presse à Saint-Étienne, l’élu LR s’était fait excuser en faisant savoir qu'il était "auditionné à sa demande" et "pour que la vérité éclate", comme l'a expliqué aux journalistes son premier adjoint Jean-Pierre Berger. Le maire avait aussi fait savoir qu'il abordait ces auditions "avec sérénité", mais sa famille politique a très rapidement annoncé avoir lancé "une procédure d'exclusion" en attente de validation par le bureau politique LR, tandis que localement, plusieurs élus demandaient qu'il se mette en retrait de ses fonctions de maire et de président de la Métropole stéphanoise. 

Des enregistrements accablants pour le maire

Sa garde à vue à Lyon a finalement été levée vers 14 heures mardi, a indiqué à l'AFP son avocat Me Christophe Ingrain, en précisant que son client n'avait pas été mis en examen ni soumis à contrôle judiciaire. Au coeur des investigations de la justice se trouve le tournage et l'usage d'une vidéo à caractère sexuel enregistrée en 2014 dans laquelle Gilles Artigues, ex-premier adjoint municipal et ex-député connu pour son engagement catholique, se faisait masser par un homme dans une chambre d'hôtel à Paris. Une vidéo qui aurait ensuite servie à faire chanter l’élu.

Les auditions conduites mardi 13 septembre visaient à "recueillir les premières déclarations des principaux protagonistes" de l’affaire "dans le cadre de gardes à vue ordonnées par les magistrats instructeurs", a précisé le parquet de Lyon dans un communiqué. Ces auditions sont intervenues au lendemain de nouvelles révélations de Mediapart, qui a dévoilé lundi des enregistrements accablants pour le maire Gaël Perdriau et son directeur de cabinet Pierre Gauttieri.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut