©Google Maps – Street view – A46 Sud

La décongestion du Sud-Est lyonnais suspendue à une nouvelle concertation

Lors d’un déplacement à Lyon lundi 21 novembre, le ministre des Transports Clément Beaune a annoncé la suspension des études portant sur l’élargissement de l’A46 Sud. Une concertation est relancée jusqu’en octobre 2023 sur le contournement de l’agglomération lyonnaise. 

Depuis plusieurs dizaines d’années, le contournement de l’agglomération lyonnaise donne lieu à de vifs débats au niveau local. Depuis les années 2010 et l’annonce du déclassement de l’A6-A7 en M6-M7 l’État porte avec Vinci un projet autoroutier visant à fluidifier le trafic et à réduire les émissions de gaz à effets de serre (GES) par la diminution des bouchons. Une volonté qui s’est donc traduite au travers du projet d’agrandissement de l’A46 Sud en 2X3 voies. 

Clément Beaune, le ministre des transports, était à Lyon ce lundi pour annoncer la suspension des études sur l'élargissement de l'A46 Sud. (Photo Hadrien Jame)

Soumis à la concertation jusqu’en septembre 2021 ce dossier a réussi le tour de force de lier contre lui les associations, les habitants et les élus locaux de tous les bords politiques. À tel point que le ministre des Transports Clément Beaune a officialisé lundi 21 novembre la suspension des études en cours sur le projet d’élargissement de l’A46 Sud le temps d’une nouvelle concertation. "Ce projet n’est pas mûr et il faut reprendre les choses", assure le ministre qui a repris le dossier de ses prédécesseurs.


"On ne va pas s’enfermer dans un tabou parce qu’il y a 20 ans on a dit que la méthode c’était l’élargissement de l’A46", Clément Beaune, ministre des Transports


Dans les rangs de la majorité présidentielle, on reconnaît aujourd’hui volontiers les failles du projet. "L’étude TTK de la dernière concertation est évoquante. Elle nous dit que ce projet-là est insuffisant seul et que si demain il y a d’autres solutions peut-être qu’il ne sera pas nécessaire. Une fois qu’on s’est dit ça, on se dit que ce projet ne répond pas aux enjeux", admet la députée LREM Sarah Tanzilli.  

Lire aussi : Projet A46 Sud près de Lyon : la réunion publique, perturbée par des opposants, a été annulée

"Je n’ai pas le tabou de l’abandon"

Officiellement, Clément Beaune assure que le projet n’est pas enterré, mais entre les lignes il ne semble plus guère en odeur de sainteté après avoir reçu une fin de non-recevoir des acteurs locaux. "C’est vrai que c’est un projet ancien qui suscite des doutes, mais la décision sur un éventuel abandon ou sur d’autres solutions se prendra à l’issue de cette concertation. Je n’ai pas le tabou de l’abandon, peut être que c’est une des options, je ne l’exclut pas", a expliqué le ministre à l’issue d’une réunion avec les élus locaux et des représentants d’associations. 

Le projet prévoit de faire passer à 2x3 voies l'A46 Sud entre le noeud de Ternay et celui de Manissieux, à Saint-Priest. (Photo dr)

Une chose est certaine, pour acter la mort du projet d’élargissement de l’A46 Sud un autre projet devra être trouvé, car s’il y a bien une chose sur laquelle les acteurs s’accordent c’est le besoin de décongestionner le Sud-est lyonnais. "C’est un enjeu majeur pour le développement de l’agglomération lyonnaise et en particulier de l’Est lyonnais", appuie Sarah Tanzilli. "Ce que je ne veux pas c’est que l’on n’ait aucune solution de mobilité. On suspend donc les études et on réfléchit à des solutions ferroviaires, routière ou autres de mobilité écologique", poursuit le ministre des Transports. 


"C’est un enjeu majeur pour le développement de l’agglomération lyonnaise et en particulier de l’Est lyonnais", Sarah Tanzilli, députée LREM


Un dernier point sur lequel la maire LR de Décines-Charpieu, qui est aussi vice-présidente de la Région à la santé, insiste. "Il y a un prisme à avoir sur la santé publique et la pollution de l’air. J’espère que cette concertation, puisque ça fait quand même plusieurs décennies que l’on tourne autour du pot, va aboutir à quelque chose de concret et efficace qui va pouvoir être mis en place le plus rapidement possible", confie Laurence Fautra.

"La rocade Est est devenue une autoroute", prévient Gilles Gascon (vidéo) le maire LR de Saint-Priest

Le dossier a été confié par l’État au préfet du Rhône Pascal Mailhos, qui aura la charge d’organiser des réunions de travail avec les acteurs locaux. Un point positif pour Gilles Renevier le président de l’association Fracture, qui regroupe 10 associations de 28 communes, s'étalant du Sud-Est lyonnais à la Rive droite du Rhône. "Avec le préfet Mailhos, on a eu le pompon, c’est le meilleur de tous avec son écoute et la façon réactive qu’il a de prendre les dossiers", explique M. Renevier. Seule ombre au tableau, à 63 ans l’actuel préfet du Rhône est en passe de quitter le département quatre ans après son arrivée. De quoi laisser poindre une légère inquiétude chez les associations, "son départ c’est notre inquiétude. J’ai dit au ministre c’est bien vous avez fait ce qu’il fallait, mais si vous vous partez et que le préfet part qu’est-ce qu’il se passe ? Il ne me l’a pas dit". 

Enlever 20% du trafic local... avec quel argent ?

En pointe depuis 2001 sur le dossier du contournement de l’agglomération, l’association Fracture a émis de nombreuses propositions alternatives à l’élargissement de l’A46. Ouverture de nouvelles gares ferroviaires à Saint-Pierre de Chandieu et Sérézin du Rhône, augmentation de la capacité des tramways et de leur vitesse, mise en place de bus express, comme ce qui se fait sur la M6/M7. "On sait qu’il y a environ 20 - 25% de transit de camions, la même chose en véhicule léger de transit et environ 60% d’usagers locaux. Si vous enlevez ne serait-ce que 20% de trafic local pour le reporter sur des transports collectifs vous n’avez plus besoin de 2x3 voies", détaille Gilles Renevier. 


"Si on crée des capacités de transport collectif qui vont vite les gens vont très rapidement comprendre que ça vaut le coup de prendre le bus plutôt que de conduire sa voiture",  Gilles Renevier, président de l'association Fracture


Un autre volet porte sur le report du transport de marchandises des poids lourds vers le rail. Loué dans l’hémicycle de la Métropole de Lyon le projet de Contournement, ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL) sera également évoqué lors de la concertation, mais il ne devrait pas être au coeur des discussions. "Ce sera évoqué dans ce cadre-là, mais je veux que l’on se concentre sur les mobilités dans le Sud-est lyonnais", explique Clement Beaune alors que le tracé ferroviaire du CFAL va du nord-est vers le sud-ouest. 

Quel qu’il soit, le projet retenu nécessitera des investissements lourds, mais pour l’instant "il n’y a pas d’argent". "L’état compte sur la Métropole et la Région pour mettre des sous dans ce projet, mais s’il n’apporte pas d’argent il n’y aura pas grand-chose", prédit le président de Fracture au moment de rentrer dans une nouvelle concertation.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut