TCL métro rails
© Tim Douet

La consultation pour le métro E entre Lyon et Tassin débute bientôt

Va-t-il y avoir un métro entre Lyon et Tassin ? La ligne E poursuit son chemin et va prochainement passer en phase de consultation.

En février 2018, la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, présentait les résultats de l'étude de faisabilité pour la ligne de métro E entre Lyon et Tassin. Deux projets avaient été retenus sur les douze scénarios étudiés, prolongeant ainsi la promesse de Gérard Collomb faite lors des municipales de 2014.

Ainsi, le premier scénario part de Bellecour, dessert Saint-Irénée, Point-du-jour, puis Porte-d’Alaï.

Bellecour ()

metro e bellecour ()

La profondeur des stations est de 20/25 m, comme la ligne D actuelle. Cette ligne offrirait une bonne attractivité, selon le Sytral.

Le second part du métro A d’Hôtel-de-Ville, avec une station à Saint-Paul, soit Trion ou Saint-Irénée, Point-du-jour, une station intermédiaire à définir, puis Alaï.

hôtel de ville ()

métro E hôtel de ville ()

Sur cette ligne, la contrainte technique est plus forte, "à cause du manque d’espace, notamment à Hôtel-de-Ville et Saint-Paul".

1,2 milliards d'euros, 60 000 trajets jour

Le coût total du chantier est estimé à 1,2 milliard d'euros, pour 60 000 trajets par jour et pourrait être éventuellement voté dès 2020, après les élections municipales et métropolitaines. Si le projet était enclenché, le métro E pourrait circuler autour de 2030. En attendant, la concertation préalable sur le métro E débutera le 4 mars pour s'achever le 6 mai 2019. Le site dédié est déjà ouvert et une première réunion publique est prévue le 4 mars à 19 heures, à l'Université Catholique de Lyon, en présence de plusieurs élus.

Durant ces deux mois de concertation, plusieurs sujets ne devraient pas manquer de s'inviter dans le débat, comme celui de l'Anneau des sciences, serpent de mer qui pourrait passer à proximité de l'éventuel terminus du métro E. Quand Lyon aura sans doute besoin de toujours plus de transports en commun en 2030, la question d'une nouvelle autoroute urbaine durant la même décennie pourrait paraître anachronique. Au-delà du métro E se dessine la nécessité d'apporter des réponses globales aux transports urbains de demain, pour les inscrire non pas dans les promesses électorales, mais dans un écosystème global et vertueux.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut