INPS Police Scientifique recherche d’ADN © Tim Douet

Explosion à Lyon : l'ADN retrouvé inconnu des policiers

Le profil ADN isolé par la police scientifique sur les lieux de l'explosion du colis piégé, rue Victor Hugo, ce vendredi soir, ne figure pas dans la base du Fichier national des empreinte génétique (Fnaeg)

Déception pour les enquêteurs. Alors qu'une trace relevée sur le sac en papier kraft qui contenait l'engin ayant explosé rue Victor Hugo, dans le 2e arrondissement de Lyon ce vendredi, avait permis d'isoler un profil ADN (lire ici), il s'est avéré que celui-ci n'a pas "matché".

En clair l'ADN n'était pas répertorié dans la banque de données génétique nationale, le Fnaeg. Pas de concordance, donc pas d'identité reliée à cette ADN, qui pourrait être celui du principal suspect.

La trentaine d'agents de la police scientifique et la centaine d'enquêteurs continuent ainsi sa traque ce dimanche. L'appel à témoin, accompagné de nouvelles photos, diffusées samedi (voir ici), a permis de faire remonter des dizaines et des dizaines de témoignages. L'attaque n'a pas été revendiquée.

Explosion à Lyon  : comment s'organise la traque du suspect  ?

à lire également
Trois fois plus. Depuis le 24 mai et l’explosion rue Victor-Hugo, 38 interventions de déminage ont eu lieu en Rhône-Alpes. 23 pour la seule semaine dernière. C’est trois fois plus qu’en temps normal.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut