DUP Lyon-Turin : le député Dord relativise

Après la vague de protestation des opposants et les quelques réactions enthousiastes, suite à la déclaration d'utilité publique autour de la ligne Lyon-Turin, le député Dominique Dord, hostile au projet, tempère.

C'est un nouveau son de cloche que fait retentir le député Dominique Dord, après la déclaration d'utilité publique signée récemment par Jean-Marc Ayrault. Loin de s'enthousiasmer à la façon de Jean-Jack Queyranne, Dominique Dord, hostile au projet, se montre toutefois plus réservé que certains autres opposants. "La DUP qui vient d’être signée n’est qu’un point d’étape dans une procédure enclenchée bien avant le rapport de la commission mobilité 21 et les déclarations du Premier Ministre, le 9 Juillet dernier. Elle ne constitue donc pas en soi, à mon avis, un événement politique dans ce dossier", juge l'élu.

Il estime en revanche que si l’État français ne l’avait pas signé à ce stade de la procédure, cela aurait constitué "une forme de séisme" signifiant l’abandon pur et simple du Lyon-Turin.

"Cette DUP, que le Premier ministre pouvait donc difficilement ne pas signer, place néanmoins le Gouvernement devant ses contradictions", appuie l'élu qui détaille ses hypothèses. "S’il suit les préconisations de la Commission mobilité 21, comme s’y est engagé le Premier Ministre, la DUP deviendra lettre morte", croit-il savoir. "S’il engage les travaux, il manque à sa parole et condamne, faute de moyens disponibles, tout autre investissement d’infrastructure de transport dans notre pays. Il faut dire que d’ici à 15 ans, de nombreux autres Gouvernements seront passés par là…"

Et de conclure : "La cour des comptes avait décidément bien raison de dénoncer la mauvaise gouvernance de ce projet !"

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut