La rentrée s’effectue masquée à Lyon © Antoine Merlet

Coronavirus : la France a-t-elle repris le contrôle de l'épidémie ?

"La France a réussi à contrôler la deuxième vague de l'épidémie", affirme un épidémiologiste et professeur de santé publique ce jeudi matin. Notamment car le taux de reproduction du virus est descendu en dessous de 1. Toutefois, il faut rester prudent, certaines régions sont beaucoup plus touchées, comme l'Auvergne-Rhône-Alpes.

Le fameux R, le taux de reproduction du virus, est passé en dessous de 1 à l'échelle nationale. Il est de 0,93. Le R, c'est quoi ? Le taux de reproduction du virus, c'est le nombre de personnes que vous infectez quand vous êtes infectés vous-même.

"Il ne peut y avoir d'épidémie quand ce R est en dessous de 1. Le R c'est le taux de reproduction, c'est-à-dire le nombre de personnes que vous infectez quand vous-mêmes êtes infectés, en moyenne. Si vous infectez moins d'une personne en moyenne, ça veut dire qu'il n'y a pas d'épidémie", a expliqué ce jeudi l'épidémiologiste et professeur de santé publique Antoine Flahaut, sur BFMTV, ajoutant que comme d'autres pays européens "La France a réussi à contrôler la deuxième vague de l'épidémie".

"Il faut que le R diminue encore pour arriver en zone de sécurité", a-t-il ajouté. "Pour que l'épidémie s'éteigne, il va falloir que le R descende à 0,70 ou 0,60 ».

La situation reste préoccupante dans le Rhône

Le virus circule toutefois beaucoup plus dans certains territoires que d'autres. La région Auvergne-Rhône-Alpes est la plus touchée par cette 2e vague. Dans la région, on observe, pour le moment, un ralentissement de l'augmentation. Mais c'est tout. Juste un ralentissement. En aucun cas une baisse pour le moment.

Dans le Rhône, il y a toujours autant de cas positifs cette semaine. Idem dans les autres départements de la région. La tension est toujours très forte dans les hôpitaux de la région. Et il y a, tous les jours, des patients en plus dans les hôpitaux.

Lire aussi : Coronavirus : à Lyon, la stratégie des hôpitaux pour éviter saturation et "médecine de catastrophe"

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut