La rentrée s'effectue masquée à Lyon © Antoine Merlet
Photo d’illustration Covid-19. © Antoine Merlet

Coronavirus : des signes d'amélioration à Lyon, la ville pourrait éviter l'alerte maximale jeudi

Après plusieurs semaines de hausse, les dernières remontées de chiffres ne sont pas mauvaises à Lyon. Dans les hôpitaux lyonnais, un phénomène de plateau s'est installé depuis une semaine. Avec autant de sorties que d'entrées. Ainsi, Lyon pourrait éviter le passage en alerte maximale jeudi, au contraire de Paris. Lyon pourrait ainsi éviter la fermeture de ses bars...

C'est tangent. Lyon, pour l'instant, échappe à l'alerte maximale, au contraire de Marseille et de Paris. La Métropole de Lyon est en zone rouge renforcée. A Marseille et à Paris, les bars sont fermés. Pas encore à Lyon. Ils peuvent ouvrir jusqu'à 22h maximum.

Olivier Véran, le Ministre de la Santé, a prévenu jeudi dernier : "à date (jeudi dernier), il n'y a pas lieu de basculer ces Métropoles (dont Lyon) en zone d'alerte maximale" mais un nouveau point sera fait à Lyon ce jeudi. "Si la situation venait à se dégrader, nous pourrions être conduits la semaine prochaine de placer ces territoires (notamment Lyon) en zone d'alerte maximale", a ajouté le ministre de la Santé. Zone d'alerte maximale signifiant, comme à Marseille à Paris, la fermeture totale des bars.

Trois indicateurs décident de l'alerte maximale

Le passage en "alerte maximale" est décidé selon trois critères, trois indicateurs :

  • le taux d'incidence. Qu'es-ce que c'est ? Il détermine le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants. C'est un bon reflet de la circulation du virus à l'instant t sur un territoire. Le taux d'incidence est environ de 250 dans le Rhône. C'est très élevé.
  • le taux d'incidence chez les personnages âgées.
  • le taux de patients "covid-19" en réanimation dans les hôpitaux de la région.

Ce dernier indicateur est capital. C'est lui qui a fait basculer Paris lundi en alerte maximale. Le taux est de 36% à Paris. Le seuil de 30% des déterminant pour le passage d'un territoire en alerte maximale.

Or, à Lyon, depuis une semaine, il ne monte plus. Il ne progresse plus. Il oscille à un niveau très haut, autour de 29-30%. C'est très tendu.

"Il y a un phénomène de plateau à Lyon" (directeur des HCL)

"On a 42 à 44 patients hospitalisés en réanimation (ce mercredi midi), ce qui est à peu près le niveau observé depuis 5 à 7 jours", nous explique le directeur des HCL (Hospices civils de Lyon), Raymond Le Moign. Il y a un phénomène de plateau. Le plateau reste élevé mais il ne progresse plus. Il y a un gros turnover de patients, beaucoup d'entrées et de sorties. En charge de travail, ça reste intense. Et c'est une stabilisation à un niveau très haut. Il suffit qu'on ait 5 patients en réanimation en plus pour que le système devienne très tendu".

"On oscille entre 29 et 31% de patients covid en réanimation, on tutoie en permanence ce seuil de 30%. Mais c'est stable. Le taux est légèrement inférieur à l'échelle régionale puisque les Hospices drainent le plus grand nombre de patients en réanimation", poursuit le directeur des HCL à Lyon.

Cela reste très tendu. Car, évidemment, il ne faut pas oublier tous les patients en réanimation non atteints du covid. "On atteint des taux d'occupation de lits de réanimation entre 90 et 95% dans les HCL, ce qui est énorme", témoigne Raymond Le Moign. Les HCL disposent de 148 lits de réanimation avec un plan de montée à 199 lits (un plan qui pousserait à la déprogrammation d'opérations).

"La tendance est en train de s'améliorer à Lyon"

Même son de cloche chez Bruno Lina, virologue lyonnais et membre du très influent conseil scientifique. Lui aussi fait le point à Lyon ce mercredi midi : "à Lyon, la tendance n'était pas bonne il y a 15-20 jours, la tendance est en train de s'améliorer. Le nombre d'admissions à l'hôpital est moins importante que ce qui avait été anticipé".

"Je ne suis pas en train de dire que le virus ne circule plus. Mais la dynamique ne me semble pas montrer une augmentation importante. Attention, cette dynamique, c'est si on continue à maintenir la pression sur la circulation du virus. Cette pression, il faudra la maintenir plusieurs semaines ou plusieurs mois", poursuit le Professeur Lina, responsable du centre national de référence virus des infections et donc membre du très influent conseil scientifique.

"Pas nécessaire d'augmenter les mesures déjà prises"

"On est dans un état de plateau (à Lyon). Il n'est pas nécessaire à priori d'augmenter les mesures qui sont déjà prises. Il faut rester vigilant, la reprise épidémique peut se faire et si jamais on n'est plus capable de maîtriser la circulation du virus et qu'on voit une augmentation significative du nombre de cas, du nombre d'hospitalisations, à ce moment-là, il faudra activer des leviers supplémentaires", ajoute le virologue lyonnais.

Lyon devrait donc éviter l'alerte maximale ce jeudi ? Pas de fermeture de bars jeudi à Lyon ? "Ce n'est pas moi qui le décide. Mais on n'a pas de signal qui pourrait nous dire que les choses vont vraiment moins bien", conclut Bruno Lina.

Réponse, jeudi, lors de la conférence de presse hebdomadaire d'Olivier Véran, le ministre de la Santé. Mais la tendance, ce mercredi, est que Lyon va être épargné par de nouvelles mesures restrictives.

Lire aussi : Coronavirus : à Lyon, imbroglio et incompréhension autour de la fermeture des bars

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut