Fortes chaleurs à Lyon. (Photo : Grégoire Gindre)

Canicule : la consommation d'électricité augmente, la France doit en importer

La consommation d'électricité en France augmente actuellement en raison de la vague de chaleur et le pays doit compter sur les importations à cause de la faible disponibilité de son parc nucléaire.

"La consommation augmente" avec "un effet ventilateurs et climatisation", a indiqué à l'AFP une porte-parole du gestionnaire du réseau RTE. Un degré au-dessus des normales de saison se traduit par une augmentation de la consommation électrique d'environ 700 MW lorsqu'il fait chaud.

"On compte sur les importations"

"Il n'y a pas d'inquiétude sur la sécurité d'approvisionnement", mais "on compte sur les importations", a précisé le gestionnaire du réseau haute tension à l'AFP. Une situation inhabituelle car la France est traditionnellement exportatrice nette à ce moment de l'année.

27 réacteurs indisponibles sur 56

La France doit en effet actuellement compter sur ses voisins dans un contexte de faible disponibilité de son parc nucléaire, avec notamment des réacteurs à l'arrêt pour des problèmes de corrosion.

Il y avait jeudi matin dernier, 29 réacteurs nucléaires disponibles à la production, a indiqué une porte-parole d'EDF à l'AFP. La France comptait ainsi 27 réacteurs indisponibles sur un parc de 56.

Un faible débit sur le Rhône

La chaleur peut aussi affecter dans certains cas la production nucléaire, même si ce phénomène reste assez limité. EDF a ainsi prévenu que la production de son site de Saint-Alban (Isère) pourrait être affectée jusqu'au jeudi 23 juin "en raison des prévisions de faible débit sur le Rhône".

"Depuis 2000, les pertes de production pour cause de température élevée des fleuves et de faible débit des fleuves ont représenté en moyenne 0,3% de la production annuelle du parc", a rappelé la porte-parole.

Limitation du niveau de climatisation

Certains pays comme l'Italie et l'Espagne ont récemment limité le niveau de la climatisation afin d'économiser l'énergie, en particulier dans le cadre des efforts réclamés par Bruxelles pour mettre fin à la dépendance européenne au gaz russe.

"Ça fait partie des sujets sur lesquels je souhaite concerter", a dit jeudi la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, sur France 2.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut