Burger King

Burger King : boudé par les Lyonnais, déception gustative

Enfin ! Le Burger King de la Confluence à Lyon vient d’ouvrir ses portes ce jeudi 4 décembre, pile à l’heure pour ne pas rater la Fête des lumières. Au-delà du buzz, nous sommes allés goûter le célèbre Whopper, tellement attendu qu’il en est décevant.

Burger King ()

Burger King fait partie de ces marques mythiques qui n’ont pas besoin de faire de publicité pour être connues. Après avoir quitté la France en 1997, le “roi du hamburger” a fait son retour dans l’Hexagone fin 2012. Depuis deux ans, la scène est la même à chaque ouverture de restaurant : une longue file d’attente se forme, obligeant parfois les clients à attendre une heure pour être servis, voire plus. On pensait que la situation serait identique à Lyon ce jeudi 4 décembre : il n’en fut rien.

Pas d’engouement lyonnais

Ce jeudi midi, il n’y a pas eu de longue file d’attente devant le Burger King de la Confluence. Le quartier est-il définitivement trop excentré et mal desservi pour attirer les amateurs de fast-food ? À moins que les habitants de la capitale mondiale de la gastronomie n’aient préféré bouder ce qui reste après tout une chaîne de restauration rapide. La clientèle qui peuple le Burger King est essentiellement composée de jeunes gens, entre 15 et 35 ans, qui souvent n’ont pas connu le Whopper quand il était encore vendu en France. Le manque d’engouement lyonnais a cependant du bon pour ceux qui craignaient de faire la queue : il aura fallu moins de dix minutes pour être servi. On est très loin de l’heure d’attente que certains ont subie à Paris. À voir comment tout cela évolue durant les prochains jours, puisqu’il s’agissait d’un lancement en milieu de semaine. Ce week-end, le restaurant risque d’être pris d’assaut.

Burger King ()

Déception gustative

Du côté des hamburgers, ce n’est pas non plus le nirvana. Le Whopper servi est fade, limite monogoût. Le célèbre fumet des sandwichs de la marque semble bien loin, à croire que l’on a fantasmé pendant quatorze ans sur de faux souvenirs et que la madeleine de Proust n’a pas été au rendez-vous. La qualité de la viande est identique à celle que l’on trouve chez McDonald’s ou Quick, rien de transcendant. On croque alors une bouchée dans le hamburger Steakhouse, le bacon et les oignons frits apportent un peu plus de complexité. Le tout serait presque bon si, là encore, la viande n’était pas aussi fade. On passera sur les frites, bien trop grasses pour être plaisantes.

Côté tarifs, Burger King reste cher pour ce qu’il propose. Le menu avec un Whopper (bacon et fromage), des frites et une grande boisson est à 8,10 euros. Les sandwichs sont vendus autour de 5 euros l’unité.

Au fil du temps, Burger King s’est imposé comme une marque quasi inaccessible pour les Français, synonyme de voyage à l’étranger ou de lointain fantôme que l’on aurait goûté jadis. Le voilà enfin à Lyon. Le temps a fait son effet, l’attente aussi, ce premier rendez-vous gustatif avec Burger King était juste décevant.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut