Photo : Nicolas Landais

Festival de faux documentaires à Lyon : qui sont les grands gagnants?

Du 5 au 8 mai, le festival "On vous ment" s'est tenu à Lyon. Le concept : explorer des "documenteurs", soit des faux documentaires. Qui sont les grands gagnants de cette édition 2022?

Vous avez dit "documenteur"? Le genre est méconnu, pourtant, il possède une grande force narrative. Les "documenteurs" sont de faux documentaires, soit des films de fiction qui souhaitent se faire passer pour des documentaires.

Pour découvrir ce genre pas comme les autres, deux passionnés de cinéma, Nicolas Landais et Matteo Migliaccio ont créé le festival "On vous ment", qui s'est déroulé à Lyon du 5 au 8 mai. Le but : mettre à l'honneur les "documenteurs", un genre "beaucoup trop méconnu du grand public" qui pousse à questionner les images qui nous entourent.


" Notre volonté première est de transmettre le goût du risque et la pratique de la réflexion critique, tout en réunissant des personnes qui partagent une passion et une curiosité pour le cinéma."

Nicolas Landais, directeur du festival "On vous ment"


L'édition 2022 du festival "On vous ment"

Au programme de l'édition 2022 : remettre en question la barrière entre fiction et documentaire et réfléchir sur l'impact des images et leurs manipulations. Cette année, cinq longs métrages et huit courts métrages étaient en compétition. Alors, qui sont les meilleurs "documenteurs" de l'année?

Photo : Nicolas Landais

Le prix du meilleur long métrage

Le prix Colin McKenzie du meilleur long métrage "documenteur" a été attribué à "Extro", un documentaire japonais, réalisé par Naoki Murahashi.

En résumé : "Extro" invite à embarquer dans le monde des figurants, celui de tous ces hommes et femmes en arrière plan sans qui le premier rôle ne brillerait pas de mille feux. Ainsi, le film montre l'aventure d'un figurant qui rêve de devenir le meilleur de tous les figurants.

Le prix du meilleur court métrage

Le prix Colin McKenzie du meilleur court métrage "documenteur" revient à "J****" pour cette édition 2022, un court métrage belge de 18 mn, réalisé par Maud Girault, Joachim Soudan et Jérôme Zahno. L'histoire : en 2048, à Bruxelles, le j**** n’existe plus. Interdit, oublié, disparu? Un petit groupe clandestin se réunit pour tenter de le retrouver dans des images d’archives.

Photo : Nicolas Landais

Le prix du public long métrage

Pour la catégorie long métrage, le prix du public a été attribué à "Et j'aime à la fureur", un film français réalisé par André Bonzel, dont la musique a été composée par Benjamin Biolay.

L'histoire : à travers les films amateurs et anonymes qu’il collectionne depuis l’enfance, un cinéaste se retourne sur sa vie turbulente. Dans ces images, bribes d’histoires et d’émotions passées, il voit sa propre histoire et celle de sa famille, marquées par une obsession du cinéma et du sexe.

Une prochaine édition à venir

En tout, sept "documenteurs" ont été récompensés lors du festival de cette année. Et Nicolas Landais nous l'assure, la prochaine édition est déjà en cours de préparation. Alors, prêts à démêler le vrai du faux?

à lire également
Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut