Combat Guillemot/Brissy-Queyranne : la justice s’en mêle

C'est devant le tribunal de grande instance de Lyon que le combat politique entre Annie Guillemot et Elisabeth Brissy-Queyranne s'est poursuivi. Avec la condamnation de cette dernière, le 13 mai. La maire de Bron reprochait à son ex-adjointe la publication le 26 septembre 2012 d'un article sur son blog intitulé "Les clés de la ville données aux promoteurs", où celle-ci s'inquiétait de ce que la ville décide de "construire massivement" à Bron. "A quoi sert l'Agenda 21, qui se veut protecteur de l'environnement, alors qu'en consultant le permis de construire j'ai pu constater que les normes de qualité environnementale n'étaient même pas prises en compte, que notre environnement n'est même pas respecté ?" écrivait-elle. Annie Guillemot avait réagi avec retardement, le 27 décembre, par un droit de réponse qu'Elisabeth Brissy-Queyranne n'a jamais mis en ligne.

La maire de Bron a donc intenté un procès pour en obtenir la publication. Certes, explique-t-elle, le blog permet d'afficher un commentaire, mais à condition que celui-ci soit "validé par l"auteur du blog". De son côté, l'ex-adjointe a avancé la réaction tardive de l'édile pour ne pas avoir à s'acquitter de la démarche. Mais les juges ne l'ont pas suivie. Elle est condamnée à verser à Annie Guillemot 800 euros, et à publier le droit de réponse. Ce qu'elle a fait. "Elle judiciarise le débat politique à Bron. Elle dépense des milliers d'euros pour me faire des procès politiques. C'est de l'intimidation", tempête Elisabeth Brissy-Queyranne.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut