2011 : on pourra dormir sur le Rhône

Un hôtel flottant de 14 chambres va ouvrir d'ici un an. Prix de la chambre : 160 euros.

Quoi de plus doux que de se laisser bercer par le clapotis des vagues ? Il sera possible de dormir sur le Rhône à partir du printemps 2011. Un hôtel flottant de 14 chambres sera amarré au pied du Sofitel, dans le prolongement de la rue Sala. "C'est le seul endroit accessible en voiture", précise Philippe Bleicher à l'origine du projet avec Catherine Laurent. L'établissement répondra au doux nom de Canabae, nom du sud-Presqu'Ile à l'époque romaine. Il offrira un confort presque digne d'un quatre étoiles, pour un prix abordable : 160 euros.

Cachez ce bateau que je ne saurais voir : le parti pris architectural est de ne surtout pas évoquer un bateau-hôtel. "C'est comme une maison qui flotte", corrige Pierre Piessat, architecte au cabinet Tectus. Les salles à coucher ne ressemblent pas à des cabines mais à de véritables chambres, spécieuses (25m2), avec une belle hauteur sous plafond, des WC séparés. Un confort qui pourrait concurrencer l'hôtel Sofitel, posté juste au-dessus. "On est un tout petit établissement, relativise Philippe Bleicher. Nous voulons attirer une clientèle d'affaire ou touristique attirée par des produits différents, avec un contact avec le personnel plus personnalisé. On y retrouvera la convivialité de la chambre d'hôte".

Pour un coût total de 2,8 millions d'euros, l'édifice est composé de deux bâtiments, l'un métallisé à double niveau abritera la salle de restaurant, au bord du quai, l'autre, en zinc et en bois, les chambres - les deux étant reliés par une passerelle. Il y a aura aussi un petit jardin flottant de représentation, non accessible mais visible depuis les quais. L'ensemble dénote par sa sobriété. "Aujourd'hui, on accepte d'énormes bâtiments sur le Rhône parce que ce sont des bateaux", remarque Pierre Piessat. Cette discrétion élégante devra toutefois se conjuguer avec la robustesse des matériaux. "Pour supporter un éventuel choc avec un tronc d'arbre". Moins doux et berceur que le clapotis des vagues.

à lire également
Conférence CO2 Jean-Baptiste Fressoz
Pour redonner un caractère politique à la courbe exponentielle des émissions de carbone, l'historien des sciences et chercheur au CNRS, Jean-Baptiste Fressoz, animait une conférence au Musée des Confluences ce vendredi.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut