Valls et Collomb
Manuel Valls et Gérard Collomb © Tim Douet

Gérard Collomb au gouvernement ? La réponse du maire de Lyon

Dans une tribune publiée dans l’hebdomadaire Le Point, Gérard Collomb livre une “vision” de sa politique et propose différents chantiers en matière économique, de travail ou de société. Bientôt ministre, le président de la métropole de Lyon ? Depuis l’arrivée de Manuel Valls, Gérard Collomb le social-démocrate montre des signes d’intérêt pour soutenir le Gouvernement dans ses réformes.

Dans les colonnes de l'hebdomadaire Le Point publié ce 2 avril, le maire de Lyon avoue une défaite jugée "retentissante" du Parti socialiste aux dernières élections départementales.

"Nous payons le fait de n'avoir pas présenté aux Français pendant la campagne présidentielle l'exacte réalité des difficultés", souligne Gérard Collomb dans cette tribune, tout en ajoutant : "Le programme de François Hollande sous-estimait la destruction de notre tissu économique, la profondeur du déclin de l'industrie. Les premières mesures sur les retraites ou le logement étaient à contre-courant. Heureusement, il y a eu la politique de l'offre, avec le CICE et le pacte de responsabilité, qui se mettent en œuvre très progressivement." Et de vouloir une accélération des réformes menées actuellement par le Premier ministre, Manuel Valls.

“Partager une vision”

Interrogé par Lyon Capitale au sujet de cette tribune, Gérard Collomb admet avoir eu "la volonté de faire partager une vision". Aujourd'hui, le président de la métropole de Lyon se dit prêt à aider, "à porter un certain nombre de projets de loi". Au sujet de la société, il nous avoue aussi "quelques inquiétudes sur l'évolution de la société française quand [il] voi[t] cette coupure qui existe dans la société entre ceux qu'on appelle les "insiders" (qui ont un CDI) et les "outsiders", ceux qui sont totalement marginalisés".

Gérard Collomb souhaite ainsi que Manuel Valls accélère les réformes sur le marché du travail en préconisant un CDI plus souple, mais accompagné d'un système de formation efficace tourné vers les moins qualifiés. Enfin, le maire de Lyon propose un dernier chantier : le retour de la mixité dans les grandes agglomérations. Et de souligner, sans jamais citer la métropole lyonnaise, la nécessité d'une grande réforme territoriale. À Lyon, les mots sont clairs : "Je vois que le modèle lyonnais ne réussit pas si mal et je pense que l'on peut avoir le même type d'action au niveau national", nous explique-t-il. La métropole de Lyon ? "Un grand projet de loi qui modifie les fonctionnements de nos institutions", estime-t-il.

Après les régionales ?

Les yeux vers Paris et un portefeuille ministériel pour aider au mieux dans l'accompagnement de ces réformes, monsieur le sénateur-maire de Lyon ? Un ministère serait aussi un maroquin qui manque à l'élu socialiste, maire de la 3e ville de France depuis près de quinze ans. Depuis plusieurs mois déjà, Gérard Collomb anime, en compagnie de Jean-Marie Le Guen (le secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement), un club politique, Les Réformateurs, soutien actif de la ligne Valls-Macron. Ce courant rassemblerait quelque 40 parlementaires. "Ministre ? Je viens d'engager la métropole de Lyon, cela demande un peu de job", avance-t-il avec un petit sourire.

Si effectivement Manuel Valls devrait faire quelques réajustements dans les prochains jours, un grand remaniement devrait intervenir après les régionales, annoncent les observateurs politiques, ce qui laisserait un peu de temps à Gérard Collomb pour finir d'installer sa métropole. "On verra bien", lance-t-il.

En attendant, il sera présent au côté de François Hollande, ce lundi, à l'occasion de la commémoration de la rafle d'Izieu dans l'Ain. La preuve qu'il peut s'éloigner de sa métropole quand il s'agit d'un événement national.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut