Jean-François Carenco
Jean-François Carenco © Tim Douet

Lyon : la manif “anti-FN” dérape, le préfet Carenco réagit

Le préfet du Rhône affirme que les organisateurs de la manifestation de samedi à Lyon, qui a dégénéré, avaient été prévenus des risques. Il déplore notamment l’attitude “équivoque” de certains de ses organisateurs avec les casseurs.

Après les débordements et les heurts qui ont entaché la manifestation "anti-FN" organisée samedi dernier à Lyon, Jean-François Carenco réaffirme son soutien aux forces de l'ordre, qui comptent onze blessés dans leurs rangs.

Dans un communiqué, le préfet du Rhône affirme que les organisateurs de la manifestation en opposition à la tenue du congrès du Front national à Lyon avaient été reçus à plusieurs reprises par les services de l'Etat "pour être mis en garde, d'une part sur les itinéraires choisis, d'autre part sur les risques que représentait la présence d'individus incontrôlés et violents dans le cortège".

“Attitude équivoque envers les casseurs”

Si Jean-François Carenco salue "la lucidité de certains des organisateurs, qui ont appelé à la dispersion aussitôt les premiers actes de violence constatés", il déplore que d'autres, "minoritaires", aient adopté "une attitude équivoque envers les casseurs, s'interrogeant même “sur l'efficacité du dispositif policier”".

"Il ne peut y avoir aucune hésitation dans la condamnation de ces casseurs, qui n'ont pour seul but que de détruire le socle de la République", affirme le préfet, qui souligne que grâce à la réactivité des forces de l'ordre aucun pillage n'a eu lieu, même si des vitrines ont été endommagées et du mobilier urbain détruit.

Jean-François Carenco demandera, au besoin, l'adoption de mesures au profit des commerçants victimes de ces débordements.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut