Hollande répond à Bardot : l’affaire des éléphantes de Lyon au sommet de l’État

L’affaire des éléphantes de la Tête d’Or se joue désormais en partie à l'Élysée. Dans un courrier adressé à Brigitte Bardot, François Hollande affirme avoir demandé au ministre de l’Agriculture de clarifier l’état de santé de Baby et Népal et soutient être "attentif" à cette question des éléphantes de Lyon.

François Hollande se saisit de l’affaire Baby et Népal. C’est en tout cas ce que laisse penser la réponse du Président à Brigitte Bardot, qui avait menacé de quitter la France pour la Russie si les deux éléphantes suspectées d’être porteuses de la tuberculose, venaient à être euthanasiées. Dans le courrier rendu public par la fondation de l’actrice, le chef de l’État demande au ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll, "d’approfondir les éléments de diagnostic de l’état sanitaire" des deux pachydermes. François Hollande enjoint son ministre d’évaluer "la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera la fondation Bardot".

Volte-face

"J'ai bien relevé par ailleurs vos préoccupations concernant la communication des résultats d'analyse, votre demande de contre-expertise et enfin, les propositions de votre Fondation s'agissant du placement et du traitement des animaux", précise-t-il à l'ancienne actrice, avant de finir par un ajout de sa main: "Je suis attentif à cette question et je tiendrai informée votre fondation".

La manœuvre d’intimidation de Brigitte Bardot aurait-elle porté ses fruits ? Le revirement de situation est en tout cas total. En effet, le 2 janvier, dans un courrier à l’adresse du cirque Pinder, propriétaire des deux éléphantes, la chef de cabinet de François Hollande avait jugé qu’il n'appartenait plus au gouvernement "d'intervenir dans le déroulement de la procédure judiciaire en cours". Une réponse qui balayait alors de la main la demande de grâce présidentielle formulée par Gilbert Edelstein. Le ministère de l'Agriculture n’a pas été en mesure d’affirmer si de nouveaux tests allaient être effectuées sur les éléphantes, ni sous quels délais.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut