Une campagne pour soutenir le tourisme en Tunisie devient virale

Afin de soutenir le tourisme mis à mal dans son pays depuis l’attaque à Sousse, un Tunisien a eu l’idée de montrer des images d’attentats perpétrés à Paris, Londres ou Madrid, avec le message : “Cesseriez-vous d’aller visiter ces villes ?” La campagne est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Une tour en fumée et un avion qui s'apprête à se planter dans une autre, avec ce message : "Cesseriez-vous d'aller visiter New York ?" D'autres images de villes frappées par le terrorisme, comme Paris ou Londres, accompagnées d'un message similaire. Le but de cette campagne, lancée par un Tunisien, est de soutenir le tourisme dans son pays. L'activité risque en effet de prendre un coup après l'attentat, revendiqué par l'Etat Islamique, perpétré sur la plage d'un hôtel le 26 juin.

Avec la fusillade au musée du Bardo, il s'agit de la deuxième attaque en trois mois dans le pays. Les deux visaient des sites très fréquentés par les étrangers. Le secteur du tourisme est un poumon de l'économie du territoire, il représente 7 % du PIB. Pourtant, à l'approche de la saison estivale, les visiteurs fuient, par peur des attentats.

Toucher “un maximum de personnes”

Pour tenter de convaincre les touristes de ne pas blacklister son pays, un Tunisien a donc eu l'idée de cette campagne choc. "Ce message est un appel à soutien à la Tunisie qui, je l'espère, sera partagé au maximum afin qu'il puisse toucher un maximum de personnes, car nous en avons besoin plus que jamais", explique l'auteur de la campagne sur sa page Facebook. Ces images sont depuis largement relayées sur les réseaux sociaux.

à lire également
Dans un message posté sur les réseaux sociaux, les gendarmes du Rhône avertissent sur les risques du Bird Box challenge. Inspirée d'un film de Netflix, cette pratique consiste à se bander les yeux et réaliser des actions. Aucun incident n'a été recensé sur Lyon ou dans le Rhône pour l'instant.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut