La fête du livre de Bron décline nos identités

Depuis 22 ans, la fête du livre de Bron suscite des rencontres avec la littérature ni désœuvrées ni mercantiles, mais bien plus proches du rendez-vous amoureux... Contrairement à beaucoup de fêtes du livre, Bron n'a en effet rien d'une foire d'empoigne ou d'une bourse aux célébrités. Ici, les écrivains sont lus attentivement, choisis, désirés. Ils s'intègrent dans une programmation de lectures et de rencontres qui tissent de subtils échos entre les œuvres.

Au fil de ses nombreuses lectures, la programmatrice de la manifestation, Brigitte Giraud a entendu cette année "une voix qui résonne très fort dans la littérature aujourd'hui : comment vivre avec l'autre ?". Avec la directrice Colette Gruas, elle a donc choisi pour thème de cette Fête "nos identité(s)". "C'est un paradoxe. On exalte beaucoup l'idée de métissage, de lointain, d'ailleurs, mais jamais la peur de l'autre n'a été aussi flagrante et insupportable" poursuit la programmatrice. C'est vrai dans la littérature, donc dans la vie car "la littérature est une chambre d'écho de ce qui se joue dans la société" insiste Brigitte Giraud. Mieux encore : la littérature, selon elle, rend compte de ces problématiques "de façon plus libre et plus singulière que tous les discours médiatiques ou politiques".

Le programme de cette 22e édition fait une large place à l'actualité littéraire la plus récente : beaucoup d'auteurs invités font partie de la rentrée littéraire de janvier, comme Joël Egloff (L'homme que l'on prenait pour un autre, éd. Buchet-Castel), Christine Jordis (Un lien étroit, Seuil), Isabelle Rossignol, En dessous du genou, Losfled), Bernard Souviraa (Parades, L'Olivier) ou encore Chantal Thomas (Cafés de la mémoire, Seuil).

Bron accueille des valeurs sûres et des grosses pointures comme Patrick Chamoiseau (prix Goncourt 1992 pour Texaco et auteur de Un dimanche au cachot (Gallimard)), François Bon (auteur d'une bio de Bon Dylan chez Albin-Michel), Gilles Lipovetsky (auteur de L'ère du vide (Folio Essais) et de L'écran global (Gallimard)) ou encore Gilles Leroy (prix Goncourt 2007 pour Alabama song, éd. Mercure de France). Mais la fête fait aussi une place à "une génération de jeunes trentenaires décomplexés par rapport à leurs aînés" comme Insa Sané, Wilfried N'Sonde, Magyd Cherfifi. "Ils ont un vrai souffle dans l'écriture, une pulsation qui a à voir avec la musique" estime Brigitte Giraud. Nouveautés de cette 22e édition : la fête ouvre dès le vendredi à 14h30 et a aménagé un salon de lecture où les écrivains se succèderont toutes les demi-heures pour parler de leur bibliothèque idéale. Plus de 35 000 lecteurs-visiteurs sont attendus dans les salles de débats et de rencontre, l'espace aménagé pour la jeunesse et le long des étals d'une quinzaine de librairies, qui éveillent les appétits de lecture.

Fête du livre de Bron, du 8 au 10 février, à l'hippodrome de Parilly, 4-6 avenue Pierre Mendès-France à Bron. wwwfetedulivredebron

Quelques rendez-vous

Vendredi à 14h30 : Les lycéens invitent Nathacha Appanah pour Le Dernier frère prix des libraires Fnac 2007 (L'Olivier), Joël Egloff pour L'Etourdissement, prix du Livre Inter 2005 et Philippe Fusaro pour Le colosse d'argile (La Fosse aux ours, Folio).
Vendredi à 18h : Rencontre sur le thème de "conquérir sa liberté" avec Patrick Chamoiseau, prix Goncourt 1992 pour Texaco et auteur de Un dimanche au cachot (Gallimard) et Nimrod, auteur d'une biographie de Senghor et d'un essai autour de la littérature décolonisée, La nouvelle chose française (Actes Sud).
Samedi à 12h30 : Rencontre intitulée "chassé-croisé en noir et blanc" avec Nicolas Fargues (Beau rôle, POL) et Paul Fournel (Chamboula, Seuil).
Samedi à 15h30 : "Identités visuelles", rencontre autour de trois expériences littéraires où il est question de CV, d'intime et de social, d'usurpation d'identité : CV roman de Thierry Beinstingel (Fayard), Circuits de Charly Delwart (Seuil) et L'homme que l'on prenait pour un autre de Joël Egloff (Buchet-Castel).
Jeune public - Samedi à 16h : La fille des Batailles (Casterman) avec François Place.
Jeune public (ados) - samedi à 17h30 : "Les pères" avec Insa Sané (Sarcelle-Dakar, Sarbacane) et Mathis (Faire et défaire, Thierry Magnier).
Samedi à 18h30 : D'amour et d'écriture avec Christine Jordis (Un lien étroit, Seuil) et Gilles Leroy (Alabama song, prix Goncourt 2007, au Mercure de France).
Dimanche à 11h : "Les difficultés de l'hypermodernité : individualisme, consommation, médias" avec Gilles Lipovetsky et Jean Serroy (L'écran global, Gallimard).
Dimanche à 12h30 : réinventer le portrait avec Christophe Donner (Un roi sans lendemain, Grasset) et Eric Reinhardt (Cendrillon, Stock).
Dimanche à 18h30 : l'amour, la solitude avec Philippe Fusaro (Palermo solo, La fosse aux ours), Jacques Serena (Sous le néflier, Minuit) et Bernard Souviraa (Parades, L'Olivier).

à lire également
France. Pour 2020, le ministère de la Culture en appelle à une mobilisation générale et mise sur une mobilisation progressive tout au long d’une “année de la BD” qui ne sera officiellement close qu’en janvier 2021, au 48e festival d’Angoulême.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut