Haruki Murakami - Saules aveugles, femmes endormies Belfond.

Haruki Murakami - Saules aveugles, femmes endormies Belfond.
Réécrire les données du temps à travers vingt-trois nouvelles, c’est le pari fou d’Haruki Murakami dans Saules aveugles, femmes endormies. Ce titre en forme de haïku dit toute la poésie de l’œuvre, à mi-chemin entre conte et nouvelle, qui s’articule autour de la thématique de la disparition. Murakami écrit : “ la nouvelle est une sorte de laboratoire expérimental pour le romancier que je suis “ . Il expérimente ainsi l’infini avec des récits suspendus, comme inachevés, et des personnages qui semblent appartenir à un autre espace temps. L’auteur nippon fait preuve d’une virtuosité poétique rare, à découvrir absolument.

à lire également
Fête du livre de Bron 2018, hippodrome de Parilly © Paul Bourdrel
En inscrivant sa programmation dans la thématique “Une soif d’idéal”, la Fête du livre de Bron a trouvé une fois encore un terreau propice à la réflexion et à la lecture, multipliant notamment, outre les grands auteurs, les approches audacieuses de la lecture publique.
Faire défiler vers le haut