Monsieur Cinéma doit apporter une caméra à un réalisateur qui tourne à Lyon. Yan Le Pon se déguise en vieux lion pour nous raconter les nombreux tournages ayant pris pour décor les ruelles du quartier Renaissance. Au fil de cette flânerie entre Saint-Georges et Saint-Paul, réapparaissent le grand Lino et madame Signoret, mademoiselle Binoche, Olivier et son Gang, Lelouch et Luchini… et un Tavernier bien connu des cinéphiles lyonnais.
Philippe Noiret dans “L’Horloger de Saint-Paul”, de Bertrand Tavernier © Studiocanal
Même si elle fut son berceau avec les frères Lumière, la ville de Lyon eut du mal à s’imposer sur les écrans face à Paris, qui concentre une grande partie de l’industrie cinématographique. Pourtant, avec ses deux cours d’eau, ses ruelles Renaissance et une histoire riche en scénarios potentiels, elle offre un beau plateau.
Fabrice Luchini en tournage à Lyon, en août 2018 © DR
L’acteur, qui interprétera le rôle d’un maire de Lyon dans “Alice et le maire”, s’est moqué de Gérard Collomb, qui a fait des pieds et des mains pour que ce film n’ait pas l’air d’un biopic sur sa vie.
Pour la Toussaint, les Lyonnais en vacances ou qui profiteront de ce jour férié auront tout de même de nombreuses activités à réaliser ce jeudi 1er novembre à Lyon. 
Après s'être vu décerner hier soir le prix Lumière pour son engagement et sa remarquable carrière, l'actrice et réalisatrice américaine Jane Fonda a de nouveau fait sensation à Lyon ce samedi matin.
Juliette Faber et Raimu dans “Les Inconnus dans la maison” d’Henri Decoin (1942) © DR
La sélection Lyon Capitale des séances du festival Lumière pas encore complètes ou/et qui méritent vraiment le déplacement jusqu’à dimanche.
La nouvelle exposition temporaire accueillie par le musée Miniature et Cinéma de Lyon replonge le visiteur dans l’univers poétique du “Fabuleux Destin d’Amélie Poulain”, mais aussi dans celui du fantastique “Alien – La résurrection”.
2001, l’odyssée de l’espace – Stanley Kubrick © Turner Entertainment Co.
Le festival Lumière fait son retour, ou comment célébrer les grands “classiques” du cinéma. Entre autres réponses, un rendez-vous singulier, volontiers métaphysique, nous est proposé à l’Auditorium.
Alan Alda et Meryl Streep dans “La Vie privée d’un sénateur” de Jerry Schatzberg (1979) © Universal Pictures
La sélection Lyon Capitale des séances du festival Lumière qui ne sont pas encore complètes ou/et méritent le déplacement ces trois prochains jours.
De la présentation du projet de Cité du cinéma à l’annonce d’une suite au film de Claude Lelouch “Itinéraire d’un enfant gâté”, les organisateurs du festival Lumière nous ont fait vivre une soirée d’ouverture riche en rebondissements.

Posts navigation

1 2 3 4 81 82 83