Lovren confiant avant de retrouver "son Dinamo"

Dejan Lovren qui retrouvera son ancien club, mardi soir, à Gerland, est confiant. Pour lui, l’OL va battre le Dinamo Zagreb. Le Croate, après une première saison d’adaptation, est devenu un élément indispensable de la charnière centrale rhodanienne.

C’est en français qu’il a choisi de s’exprimer avant la rencontre de Ligue des champions contre son ancien club le Dinamo Zagreb, mardi soir au stade de Gerland. Mais sans la présence de caméras et de micros de radios, son français selon lui n’étant pas encore assez correct. Après une saison mi-figue, mi-raisin, où il a fallu s’acclimater dans un nouveau pays, Dejan Lovren nage dans le bonheur en ce début de saison. “Il y a vraiment une bonne ambiance au sein du groupe. Même si Jérémy Toulalan et Miré (Pjanic) nous ont malheureusement quittés, il y a une bonne atmosphère. Notre force, c’est le collectif. On joue tous les uns pour les autres”, explique-t-il. Il assure avoir mûri et pris confiance en lui.

"Avec Rémi Garde, c’est mieux !"

L’arrivée de Rémi Garde semble en partie coïncider avec l’état d’esprit retrouvé au sein de la maison rhodanienne. “Sous l’ère Claude Puel, c’était compliqué au niveau de l’ambiance. Les joueurs n’étaient pas contents, c’était important de changer. Avec Rémi Garde, c’est mieux. Il parle aux joueurs, échange beaucoup. On sent qu’il a confiance en nous. On est tous content de l’avoir comme entraîneur.” C’est surtout le discours basé sur l’envie et le plaisir du natif de l’Arbresle qui semble avoir trouvé un certain écho au sein du vestiaire lyonnais : “Il nous le répète souvent qu’il faut avant tout prendre du plaisir pour en donner à nos supporters. C’est ce que l’on fait depuis le début de saison et cela fonctionne.”

L’an dernier, lors d’une entrevue, dans un bar branché lyonnais (lire ici), spontanément, il nous avait confié être surpris d’être autant critiqué par les médias français. Un an plus tard, le Croate semble ne plus prêter attention à ce qu’on dit sur lui. Du moins, il y donne beaucoup moins d’importance. "De toute façon, je ne lis pas les journaux, dit-il tout sourire. Bien évidemment, un joueur préférera toujours ne pas être critiqué et avoir de bonnes notes après les matches.” Et de préciser : “Mais ce qui m’importe le plus, ce sont les remarques de l’entraîneur, des dirigeants du club et des supporters que de savoir si les médias m’apprécient ou pas.”

"Le Dinamo, une équipe offensive"

Ce mardi soir, Dejan Lovren va retrouver son ancien club où il a passé six années. “C’est le club de mes débuts, je l’aime comme l’OL”, dit-il. Mais je vous rassure, je veux que ça soit Lyon qui gagne cette rencontre." D’ailleurs, même si le Dinamo est “une équipe offensive et qui aime jouer au ballon”, le Croate est confiant puisqu’il pense que “l’OL va gagner !" Pour cette rencontre à la saveur si particulière, Dejan Lovren pourra compter sur le soutien de ses parents et de son petit frère Davor qui évolue avec l’équipe des moins de 13 ans du Dinamo. “C’est un très bon attaquant, un gaucher”. C’est d’ailleurs lui qui a choisi le prénom de son cadet en référence au footballeur croate Davor Šuker qui lors de la Coupe du monde 1998 avait terminé meilleur buteur de la compétition.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut