Garde veut croire au "miracle"

L'entraîneur de l'OL, Rémi Garde, espère que ses joueurs vont tout donner mercredi soir à Zagreb. Malgré le peu de chances de qualification. Histoire de ne rien regretter et de ne pas casser la dynamique de victoires.

De notre envoyé spécial à Zagreb

Alors que vos chances sont minimes de vous qualifier, faut-il croire au miracle ?

Rémi Garde : Oui, il faut croire au miracle. Rien n'est impossible ! Et tant que c'est possible, il faut continuer d'y croire (sourire). Mais il faut également être réaliste. Le premier objectif, c'est de gagner le match en respectant notre adversaire. Il faut se souvenir que l'Ajax et le Real ont gagné ici, mais en souffrant énormément. Il faudra tout donner pour espérer faire quelque chose.

Avez-vous pris votre calculette pour étudier les différents scénarios ?

Il peut y avoir un petit jeu avec la calculatrice mais dans un premier temps, restons dans des choses réalistes. On le sait, on doit marquer quelques buts puis prendre connaissance du résultat de l'autre match du groupe.

Justement, allez-vous vous tenir au courant sur le banc du résultat de cette rencontre entre l'Ajax Amsterdam et le Real Madrid ?

Non, j' attendrais la mi-temps pour prendre connaissance de l'évolution du score.

N'avez-vous pas peur du relâchement de vos joueurs puisque vos chances de qualification sont minces ?

Je n'ai aucune inquiétude à ce sujet. Mes joueurs sont des compétiteurs. Ils sont pour la plupart internationaux et ils savent ce qu'il faut faire pour remporter un match de haut niveau. Même si on ne réussi pas à se qualifier, il est primordial de gagner pour rester sur une dynamique positive, après nos deux derniers succès en championnat.

Envisagez-vous d'opérer quelques changements sur ce match ?

S'il y a des changements, ça ne sera pas forcément lié à notre situation. Simplement, il y a des joueurs à protéger. On a joué un match dimanche (contre Toulouse), d'autres nous attendent. J'ai un groupe au complet et plus compétitif, ce qui me permet de faire davantage de changements sans pénaliser l'équipe.

En cas d'élimination, ressentiriez-vous une certaine tristesse ?

Oui, je ne vais pas le cacher. Et je serai impliqué de près à cette non-qualification. Le club a pris l'habitude, et cela depuis quelques années, de disputer au printemps cette Ligue des champions donc forcément, ça sera difficile à vivre. Ce ne sera pas évident.

Lire aussi  : "Nous nous sommes tous confessés"

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut