Le rageant nul de l’OL

Le match nul (1-1) de l’OL face à Lille peut laisser quelques regrets. Au coup de sifflet final, Auxerre passait devant Lyon au bénéfice de sa victoire 1-0 à Nancy et s’emparait de la tête d’un classement dont la caractéristique est qu’il est provisoire depuis de longues semaines et le restera même encore un peu. Marseille pourrait même distancier l’OL en cas de victoire dans le derby de la Méditerranée face à Nice.

Incorrigible Gonalons

Si ce match nul de l’OL a quelque chose de rageant, c’est qu’on a le sentiment qu’il aurait pu en être tout autrement si Lyon avait su tirer profit de la supériorité numérique acquise face à des Lillois très rugueux. Alors que Lyon était en train d’enflammer le match et donner l’impression de pouvoir assommer Lille, le jeune Maxime Gonalons reçut un second avertissement synonyme de retour prématuré au vestiaire. Gonalons fait beaucoup trop de fautes, reçoit trop de cartons inutiles et idiots comme ici, à la 78’ de ce Lyon-Lille. Dans le rond central, il pousse un peu trop fort son ballon récupéré par un Lillois et tacle ensuite des deux pieds pour tenter de le lui reprendre. C’est le second jaune. Sans blâmer l’inexpérience de la jeunesse, le carton rouge qu’il reçoit a coupé les jambes des lyonnais qui avaient trouvé un regain d’enthousiasme grâce à l’exclusion de Ricardo Costa à la 72’ en raison d’une faute sur Gomis. Sur le coup franc qui s’ensuit, Källstrom, qui a bien remplacé Aly Cissokho dans le couloir gauche de la défense lyonnaise, envoie le ballon dans les six mètres de Landreau. Seul, Cris reprend de la tête et égalise (1-1).

Une dizaine de minutes auparavant, c’est Pierre-Alain Frau qui ouvrait la marque pour Lille. À l’entrée des seize mètres, l’ancien Lyonnais frappe plein axe face à trois défenseurs d’un tir inoffensif et à la dangerosité inexistante. D’une course molle, le ballon est détourné par Toulalan. Lloris est trop court pour aller chercher le ras de son poteau gauche. Lille mène par 1 à 0 grâce à un but de raccroc…

Lloris encore !

Après l’égalisation de l’OL, les Lyonnais ont pris les débats à leur compte et mettait une pression terrifiante sur la défense lilloise que l'on sentait capable de craquer à tout moment. Le mach pouvait basculer à tout moment. Il a basculé à la 78’ sur le carton rouge de Gonalons. La rencontre s’est alors équilibrée et les Lillois pouvaient se permettre d’être à nouveau menaçant dans les seize mètres de Lloris comme lors de cette 86e minute quand le gardien de l’équipe de France a encore sauvé les siens sur une des rares interventions qu’il ait eues à faire. Gervinho se faufile dans la surface et sert Florent Balmont en retrait. L’ancien milieu lyonnais frappe soudainement et oblige Lloris à se coucher. De son côté, l’OL restait dangereux notamment grâce la bonne rentrée de Gomis (64’) après la sortie de Bodmer sur claquage lui-même entré après la blessure de Lovren aux genoux (50’).

La première mi-temps du match a été une sorte de round d’observation où le pressing des deux équipes au milieu de terrain donnaient la physionomie d’une rencontre hachée même si Lyon monopolisait le ballon et a dominé les débats lors du premier quart d'heure. Après des faits de jeu, une pluie de carton et des blessés, l’OL peut avoir quelques regrets en ratant le coche de poursuivre le cercle vertueux après la qualification en demi-finale de la Ligue des Champions.

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut