Jean-Michel Aulas : "C’est un miracle qu’on soit leader"

En cette trêve internationale, quel bilan tirez-vous du début de saison de votre équipe ?
Jean-Michel Aulas : C’est un début de saison très satisfaisant ! Tout d’abord, je tiens à féliciter les joueurs car ce sont eux qui réussissent des matches absolument fantastiques. Ensuite Claude Puel qui a su dans l’adversité stabiliser le groupe et faire en sorte de bâtir des bases extrêmement intéressantes. Il a su créer des complémentarités dans un effectif largement renouvelé. Cet été, l’Olympique lyonnais a pris des risques financiers conséquents. Rappelez-vous, à l’époque, lors du recrutement de Sonny Anderson, le club avait su être ambitieux. Quelques années plus tard, on multiplie par quatre ou cinq ce risque financier. Maintenant cet investissement vient compléter notre politique de formation. Rappelons que notre centre a été sacré meilleur club de jeunes de France. Tout cela apporte une efficacité, un dynamisme, un état d’esprit qui font la force de l'OL.

Avec cette place de leader, l’OL vise clairement le titre ?
Je partage l’opinion de la majorité des journalistes qui ont fait de Marseille et Bordeaux leurs favoris pour le titre (sourire). J’estime que c’est un petit miracle contre-nature qu’on soit en tête. Il faut reconnaître pour être parfaitement transparent que notre programme de début de saison – sans minorer la qualité de nos adversaires – était moins dur que le programme des autres. Il y a une semaine où on enchaîne Saint-Etienne, Liverpool et Marseille. C’est quand même autre chose que ce que nous avons vu jusqu’à maintenant. Restons calme. On est très heureux de ce début de saison et tous le mérite revient à Claude (Puel) et cette équipe très homogène. Il faut confirmer et pour l’instant, ce n’est qu’un début !

Dans 15 jours, l’OL se déplace pour la première fois de son histoire à Anfield Road…
C’est une première pour l’OL et c’est quelque chose d’immense ! Sur le plan des supporters, c’est impressionnant la communion qu’il peut y avoir dans cette enceinte. J’espère pour nous que ce ne sera pas un chemin de croix, mais plutôt une procession vers quelque chose de formidable. Pour les footballeurs, c’est aussi mythique. Jouer Liverpool, c’est quelque chose dont on rêve depuis des années. C’est extraordinaire.

L’OL est-il devenu le favori de cette poule E ?
Non, sincèrement, je pense qu’il y a trois équipes quasiment sur la même ligne. J’ai même peur que Debrecen, contrairement à ce qui a été dit, vienne contrarier les pronostiques. Il y a trois clubs qui sont devant. Nous avons bien démarré, mais on a eu la chance de commencer à la maison. Il faut être très prudent car la victoire de la Fiorentina contre Liverpool montre que tout est possible et que les deux matches contre Liverpool vont donner leur verdict pour les clubs qualifiés.

Le projet de loi sur l'ouverture à la concurrence des paris en ligne à été présenté mercredi à l'Assemblée. Il devrait mettre fin au monopole de la Française des jeux, du PMU et des casinos. Une bonne nouvelle pour l’OL et votre sponsor Betclic ?
Nous avons beaucoup œuvré pour faire avancer les choses. C’est une réelle opportunité pour le sport français, parce que cela permettra d’irriguer un certain nombre de flux financiers et non pas uniquement à travers la Française des Jeux et le PMU. Cette position de monopole n’était plus acceptable. Concernant notre partenariat avec Betclic, il faut savoir que le projet de loi devait être voté beaucoup plus tôt et on avait imaginé pouvoir débuter le championnat avec notre nouveau sponsor. Ce qu’on demande aux autorités compétentes, c’est de simplement pouvoir communiquer comme peuvent le faire la Française des Jeux ou le PMU. J’espère que la raison va l’emporter. Ce partenariat avec Betclic qui est un opérateur français qui génère des emplois, compte parmi les plus beaux en France et en Europe.

Jusque là vous avez réussi à trouver quelques astuces pour remplacer votre sponsor maillot. Comme de le vendre à d’autres entreprises…
Ce qui est à vendre aujourd’hui, c’est le maillot poitrine extérieur. Le maillot poitrine domicile est vendu à Betclic. Sur le dos du maillot, MDA et LG ont signé pour une année. Pour rien vous cacher, nous sommes en discussion avec un certain nombre de grands groupes. Pour l’heure, nous préférons ne pas nous précipiter afin d’avoir des contrats qui correspondent à la valeur du maillot. Le maillot de l’OL a une valeur importante.

La Ligue de football professionnel a annoncé en début de semaine, que l'accès aux vestiaires d'arbitres sera désormais interdit lors des rencontres de Ligue 1. Quel est votre sentiment sur ce sujet ?
Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une décision mais plutôt d'une réflexion. Ce que je peux vous dire, c’est que lors de cette fameuse mi-temps entre le PSG et l’OL, je ne suis pas allé de mon plein gré dans le vestiaires des arbitres mais j’y ai été convoqué à sa demande (Ndlr : M. Fautrel). Notre échange a duré 17 secondes. Je peux vous assurer, que je n’y suis pas allé de ma propre initiative. En 22 ans de présidence, je ne me suis jamais rendu dans le vestiaire de l’arbitre pour lui mettre la pression comme certains le laissent supposer. Comme de nombreux présidents, je me suis toujours efforcé de bien accueillir les arbitres, notamment lorsqu’ils viennent à Lyon. Je vais toujours les voir, quel que soit le résultat à la fin du match. J’estime que c’est tout à fait normal. Le procès d’intention qui consiste à laisser penser qu’on peut influencer un arbitre est idiot.

Etes-vous pour ou contre cette décision de la LFP ?
Je pense qu’il faut laisser la possibilité à l’arbitre de s’exprimer. Ce sont des hommes et à partir du moment où nous ne voulons pas de la vidéo, il faut que l’arbitre puisse parler avec tous les gens qui ont des choses à exprimer. Maintenant il est vrai qu’il faut le dire avec élégance et sérénité. Ce qui était le cas lors de mon échange avec M.Fautrel au Parc des Princes.

à lire également
Maxence Caqueret à l’entraînement © Stéphane Guiochon / MaxPPP / PHOTOPQR Le Progrès
Le milieu de terrain Maxence Caqueret, 19 ans, sous contrat avec son club formateur jusqu’en 2023, a hâte de faire ses débuts en Ligue 1. Portrait d’un jeune timide qui respire le football.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut